AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rain, books and solitude... {libre}

Aller en bas 
AuteurMessage
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Rain, books and solitude... {libre}   Lun 3 Sep - 11:13

Une nouvelle journée de cours venait de s’achever. Encore une journée où il avait fallu supporter ces cours qui commençaient à devenir pesant. Les cours de droits devenaient lassant, comme les autres. Dommage, quand on sait que seul ce cours était celui qui pouvait intéresser le plus le jeune Matyas. Comme quoi, on se lasse de tout, et très vite. En plus de supporter des cours qui le fatiguaient, Matyas devait rester neutre, en entendant les conversation des autres étudiants, surtout des étudiantes. C’est toujours la même chose. Nikki par ci, Nikki par là. Merde à la fin, arrêtez de parler d’elle. Elle est morte point. A la longue il se demande si il ne va pas finir par péter un câble. Sa télépathie le tue, entendre toutes ces voix dans sa tête le rend malade. Pourtant il le contrôle ce don.. Mais en ce moment il en peut plus. En plus d’entendre ces conversations à deux balles, il entend toutes les pensées de ces gamins un peu trop sensible. Pourquoi est-ce qu’il avait fallu qu’il tue un Elu qui avait comme don l’empathie? Bon d’accord ça peut être utile, c’est vrai, mais bon sang qu’est ce que c’est emmerdant. En plus de savoir ce que ressent celui qui est proche de lui, il le ressent aussi. La colère, il a bien assez avec sa propre rage sans rajouter en plus celle des autres, les autres émotions.. Elles le gonflent plus que tout le reste. Insensible? Peut être un peu, de toute façon pour agir comme il agit il faut être insensible c’est clair.
Bref, cette journée avait été des plus chiantes, et il avait failli à de très nombreuses reprise manquer de se jeter sur une crétine qui avait la langue un peu trop pendue. Tout le monde le sait, maintenant, c’est plus un secret, Nikki et Matyas sont sortit ensemble pendant un temps. Un temps vraiment très court certes, mais ce fut suffisant pour que les questions affluent, pour que les curieux, étudiants, médias, flics et autres viennent le voir. Sur ce coup là, il avait été un peu con. Se permettre de jouer le rôle du petit copain ‘caché’ avait été une erreur, il s’en était rendu compte dès que les flics étaient venus le trouver dans sa chambre, pour passer un interrogatoire à deux balles. Comme si ce genre de truc leur apprendrait quelque chose.

«Avez vous tué Mademoiselle Wildson?…
-Non…»

Il aurait très bien pu dire oui aussi, franchement c’est con comme truc. Enfin si ça leur fait plaisir de perdre leur temps à des gamineries pareilles, pourquoi pas. Il a joué le jeu comme si de rien n’était, répondant aux questions sans la moindre émotions dans la voie et dans le regard. Un flic a même dit que c’était inhumain de rester aussi insensible à une chose pareille. Enfin dit, Matyas l’a lu dans ses pensées.

Il était passé dans sa chambre, vite fait bien fait, juste histoire de ranger les affaires qu’il pouvait avoir en trop dans son sac. Enfin vite fait, il en était sortit seulement une fois les couloirs de la résidence déserts. A cette heure ci, les étudiants sont en train de manger ou de s’occuper de façon ‘intelligente’. Lui sait où il doit aller, la bibliothèque est le seul endroit où il peut vraiment avoir la paix. Il pleut.. La pluie vient se fracasser sur les vitre du couloir principale, martelant le verre pour tenter de se frayer un chemin à l’intérieur. Il est resté un court instant à regarder tomber ces gouttes d’eau, pensif. Pas un bruit, hormis le cliquetis des gouttes, de temps en temps un étudiant passait dans le couloirs, lui adressait un sourire et continuait sa route. La bibliothèque était aussi calme que les couloirs. Seulement deux, trois étudiants occupaient les lieux, se penchant sur des bouquins entasser devant eux, pour tenter de finir un devoir de bio ou de je sais pas quoi pour le lendemain. Ma foi, pourquoi pas… les retardataires, il yen a partout. Le jeune homme n’y prêta pas plus attention et partit déambuler dans les allées. Sa première véritable destination fut une étagère du fond, où personne ne va jamais. Le côté biologie et médecine.. tout le monde s’en fou et pourtant. Son père avait certain de ces bouquins, bouquins qu’il passait son temps à lire quand il était gosse, même si il les connaissait par cœur. Hop, on prend le plus gros volume, son préféré, on va s’installer tranquillement dans un coin loin des autres, on sort son carnet à dessin. Pas vraiment besoin de tourner les pages pour chercher un truc à refaire. L’anatomie humaine, il connaissait parfaitement maintenant, et n’avait plus vraiment besoin de chercher pour refaire l’imagine qu’il avait dans la tête. Son crayon dans la main gauche, son briquet dans l’autre, le jeune homme resta un bon moment pensif, regardant devant lui dans vraiment voir quelque chose. De légers murmures parvenaient à ses oreilles, les conversations étouffées de ceux qui étaient assis à la table trois rangée de bouquins plus loin. Si seulement ils savaient qu’il entend tout.. Qu’il sait tout ce qui peut se passer dans leur tête… Sans vraiment s’en rendre compte la main qui tenait son crayon venait de se mettre à courir sur la feuille vierge, dessinant de légers traits fins qui ne formaient encore qu’une simple esquisse…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niki Har
Invité



MessageSujet: Re: Rain, books and solitude... {libre}   Lun 3 Sep - 12:11

Niki avait laissé tomber l’université depuis plus d’un an déjà mais elle revenait souvent à la bibliothèque. Elle savait que c’était le meilleur endroit pour trouver de bons ouvrages, meilleurs même qu’à la bibliothèque municipale. Et accessoirement, il n’y avait pas beaucoup de monde en général, surtout à cette heure là et ça, ce n’était pas un avantage négligeable. Elle perdait parfois le contrôle de sa télépathie et appréciait moyennement d’entendre les pensées des gens dans sa tête sans avoir rien demander. C’était limite traumatisant parfois. Enfin, elle n’était pas venue ici pour ressasser pour la millième fois les problèmes qui lui causer ses pouvoirs. Elle ne voulait plus subir mais agir, ça ne pouvait pas durer indéfiniment cette situation. A l’époque où elle venait encore en cours, elle avait repérer quelques ouvrages ésotériques dans la bibliothèque de l’université, elle se souvint même avoir trouvé ça ridicule.

*C’est fou comme on peut changer d’avis aussi radicalement…*

C’était quand même incongru de trouver de telles ouvrages dans un lieu dédier au savoir. Elle doutait fort que des cours de sorcellerie soient dispensés ici, quoi que, il ne faut jurer de rien, elle ne serait pas à une bizarrerie de plus où de moins.
Dehors, la pluie l’avait pris par surprise et elle était trempée en entrant dans l’établissement. Elle essora un peu comme elle le put ses longs cheveux puis s’engagea dans les rayons. Les grandes étagères couvertes de livres lui donnaient l’impression d’être dans un labyrinthe dans lequel elle risquait de se perdre et de ne plus jamais pouvoir sortir. Elle prit une longue inspiration, elle devait calmer son imagination sinon elle allait se faire peur toute seule et là, Dieu seul sait ce qui pourrait arriver… Dieu ou le Diable. Certes, il n’y avait pas grand monde, ce n’était pas une raison pour que personne le remarque si elle venait à disparaître d’un coup. Elle avançait doucement, aussi discrète que possible, ses pas ne faisant aucun bruit, la souris se faufile.
Elle trouva enfin le rayon qui l’intéressé, livre sur le vaudou, magie noire, magie blanche… Il y’en avait pour tous les gouts. Elle se demanda s’ils étaient tous fiable, ils devaient bien y’avoir quelques charlatans dans le lot. Si tous ceux qui avaient écrit avait été en contact avec l’occulte, le monde de la magie ne serait plus un secret pour personne. Elle attrapa un livre au hasard et le feuilleta un peu. Tous les clichés possibles et imaginables sur les sorcières s’y trouvaient, pas un seul n’avait été omis. Même le balais volant et le chat noir y passaient ! Elle en prit un autre, il avait déjà l’air plus sérieux, elle s’assit à même le sol et le parcouru rapidement. Fascinant. Perdue dans sa lecture, elle ne vit pas une ombre s’approchera d’elle.


« Il y’a des tables ici ! Ce n’est pas pour que les étudiants s’assoient par terre comme des clochards. »

Veille femme, lunettes en demi-lune, visage usé par l’âge, sans doute la bibliothécaire. Elle fixait la jeune femme avec un regard à faire frémir. Niki attrapa son livre, se releva, en prit un autre au passage et partit sans demander son reste. Cette veille femme ressemblait plus à une sorcière qu’elle.
Elle allait donc devoir se mêler aux gens. Ça ne l’enchantait guère, mais tout était préférable au fait de recroiser la bibliothécaire.
La plus part des étudiants étaient en groupe, ils échanger des paroles à voix basses tout en travaillant… Ou pas. Certains devaient s’être réfugiés là pour échapper à la pluie.
Elle s’installa à une table seule, non loin d’un jeune homme qui consultait un ouvrage de médecine. Elle rouvrit son livre et sortit son carnet à dessins, elle n’avait pas songé à prendre de quoi écrire, elle allait devoir prendre des notes sur son précieux carnet.


*La Wicca revendique être la plus ancienne religion du monde en affirmant que les sorcières sont les héritières d'un culte dont l'origine remonte à la Préhistoire. D'après les tenants d'une continuation entre un Culte de la Déesse et la sorcellerie, et en se situant dans une vision où la chasse aurait été une activité masculine et la cueillette une activité féminine, les femmes avaient une religiosité qui avait ses modalités propres…. Intéressant…*

Elle nota Wicca en gros sur son cahier, il faudrait qu’elle consulte un ouvrage en parlant.

*Une sorcière est une femme adepte ou étant considérée comme telle de l'une ou l'autre forme de sorcellerie*

On lui avait pas demandé son avis à elle, elle n’était pas adepte de sorcellerie mais ça ne changer pas grand-chose au fait qu’elle avait des capacités étranges.

*Pourquoi ce genre de trucs tombe toujours sur moi…Je veux pas être une sorcière…*
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: Rain, books and solitude... {libre}   Lun 3 Sep - 15:57

La lourde porte de la bibliothèque venait de se refermer, malgré toutes les précautions prises pas celui ou celle qui venait d’entrer, les battants de la porte avaient grincer comme pas deux, provoquant le ‘levage’ de nez des étudiants énervé d’avoir été dérangé dans leur séance de bavardage. Franchement, si ils sont là pour rattraper leur retard et tenter de ne pas se prendre du travail en plus quand ils ne rendront pas leur devoirs le lendemain, pourquoi est-ce qu’ils s’amusent à murmurer ou bavarder comme si ils étaient en salle d’étude, où là on peut vraiment causer? Bonne question. L’esprit humain et ses mystères. C’est sûrement l’une des seules chose que la science ne sera pas capable de comprendre. Ce qui pousse tel ou tel être humain à agir comme il l’a fait. Bien sûr des études ont déjà étaient faite, on pense même avoir trouver une réponse à cette question, mais tout le monde le sait ce n’est qu’un leurre, une explication qu’on essaye de faire avaler à ceux qui ne comprennent rien ou pas grand chose et qui ont besoin de savoir. Ca rassure de savoir pourquoi on agit comme on le fait, mais bon…
Matyas n’avait pas levé le nez de sa feuille, de toute façon il se fiche pas mal de savoir qui vient d’entrer, pourquoi et de voir à quoi ressemble ce nouvel arrivant. Ses pensées lui suffisent pour savoir qu’il s’agit d’une jeune femme qui n’a pas vraiment sa place ici étant donné qu’elle n’est plus étudiante dans cet établissement, mais il est vrai que l’accès à la bibliothèque est ouvert à tous… Bref, la question n’est pas là. Le silence était revenu, silence juste troublé par ces murmures incessants, ou alors ces murmures étaient dans sa propre tête? sûrement. La jeune femme qui était entrée ici, avait laissait son regard parcourir les rayons, avant de prendre un volume dans ses mains, bouquin sur les sorcières? Tient donc, cette pensées, ou du moins cette révélation intrigua légèrement le jeune étudiant qui daigna enfin levé le nez de sa feuille, suivant des yeux la vieille bique servant de bibliothécaire qui s’avançait vers l’ombre assise par terre. Elle va se faire jeter c’est certain. Depuis le temps qu’il était là, cette vieille bonne femme rabougris ne se laissait pas marcher sur les pieds, et avait la sale habitude d’envoyer tout le monde paître, même quand les étudiants ne faisaient rien de bien grave. Ben voilà, elle venait de se faire jeter. Matyas esquissa un fin sourire, secouant légèrement la tête comme si il désapprouvait ce que venait de dire la vioque. Son regard avait finit par se reposer sur sa feuille, enfin sur sa feuille, il glissait de cette dernière aux pages illustrées du livre, pages qu’il tournait lentement, jouant avec son crayon. La marmotte s’était réveillé, il avait tôt fait de ranger son briquet à l’abri dans la poche de son pantalon, on se jamais avec elle, elle aurait réussit à le foutre dehors en le traitant de toxico ou de pyromane.

La petite 'gêneuse' avait finit par quitter sa cachette, écoutant gentiment les ‘conseils’ amicaux de Madame je fait régner l’ordre. Laissant les groupes d’étudiants, elle préféra venir s’assoire au calme à la table qui était plus ou moins libre. Pour quelqu’un qui voulait être tranquille c’est râpé, pas vrai Mat’? Laissant tomber les conversations débiles des autres personnes qui pouvaient se trouver là, le jeune homme concentra toute son attention sur la petite brunette qui s’était installée à l’autre bout de la table. Un nouveau sourire, toujours aussi fin, vint tirer ses lèvres, creusant un peu plus cette pseudo-fossette qui lui barrait la joue gauche. On ne choisit pas ce qu’on est, la pauvre, elle apparemment n’avait rien demandé. C’est triste ça, de ne pas accepter ce qu’on est, de tenter de trouver des explications logique à ces dons qui sont tombés du ciel, alors que là, il n’y a pas d’explication. Matyas posa son regard sur elle, le fixant pendant un bon moment avant de poser son regard sur l’ouvrage qu’elle avait devant son nez.


«C’est rare de voir des étudiants qui s’intéressent aux forces occultes…» C’est… c’est une façon comme une autre d’engager la conversation. Il aurait pû trouver mieux c’est vrai, mais bon on fait avec ce qui nous vient à l’esprit, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niki Har
Invité



MessageSujet: Re: Rain, books and solitude... {libre}   Lun 3 Sep - 19:25

Niki comptait qu’après s’être fait virer par la vielle bibliothécaire, elle n’aurait plus à s’en faire de qui que se soit et avait baissé sa garde. Elle ne s’aperçu même pas que quelqu’un était prés d’elle. Elle eut un mouvement de recul quand il lui adressa la parole et de panique, elle ferma le livre d’un geste sec. Acte profondément inutile vu qu’il savait déjà ce qu’elle lisait. Elle avait intérêt à se reprendre rapidement si elle ne voulait pas avoir l’air ridicule. Elle esquissa un petit sourire et lui répondit.

« Je suis d’une nature curieuse, je m’intéresse à beaucoup de choses… »

La petite souris savait disparaître mais n’était guère douée pour inventer un mensonge. Elle espérait qu’il la croirait et se contenterait de cette explication, elle n’avait pas mieux à fournir. Au pire, il y’avait la vérité, mais elle doutait fort d’être crédible. Ça l’intriguait quand même qu’il soit venu lui parler, surtout de ses lectures. Peut-être que lui aussi avait quelques curiosité pour ce genre de chose. Dans ce cas, elle pouvait toujours tenter d’en savoir un peu plus par lui, ça irait toujours plus vite que de devoir se taper tous les pavés de la bibliothèque avec une infime chance de trouver ce qu’elle voulait savoir. Dans l’idéal, un moyen de se débarrasser de ses pouvoirs, sinon, elle se contenterait de conseils pour ne pas que ça dérape.

« Ça vous intéresse également ? »

C’était assez vague, elle ne voulait pas lui montrer qu’elle avait un besoin presque vital d’en savoir plus sur ce monde étrange. Elle était même prête à avoir une discussion avec lui, chose qui ne lui était pas arrivé depuis longtemps avec un être fait de chair et de sang.

*Du moment qu’il ne pense pas trop fort, je devrais pouvoir le supporter.*

Elle détestait par-dessus tout entendre les pensées des gens. Elle voyait ça presque comme un viol et elle le vivait très mal. Qui était-elle pour pouvoir se permettre d’avoir accès à l’intimité des personnes, à ce qu’ils ont de plus secret et de plus sacré aussi ? A force d’entrainement, elle avait réussit à se créer comme une sorte d’écran qui la protégeait de toutes ses voix qui venaient s’incruster dans son esprit. Seulement ça ne marchait qu’avec les pensées superficielles, quand quelqu’un pensait très fort à quelque chose, sa protection volait en éclat et elle était assaillie de toutes parts. Elle luttait chaque jour contre ça. Elle n’avait pas trop le choix, c’était ça ou avoir la migraine à longueur de temps. C’était par contre plus difficile de maitriser son pouvoir d’invisibilité, la seule chose qu’elle arrivait à faire c’était être consciente du fait qu’on ne la voyait plus mais elle était loin de contrôler ce pouvoir. D’ailleurs, son interlocuteur lui avait fait un peu peur sur le coup et ses deux pieds avait virés invisibles et n’avaient pas réapparu depuis, elle priait pour qu’ils reviennent avant qu’elle ne doive se lever.
Elle attendait une réponse de la part du jeune homme, histoire de voir jusqu’où elle pouvait se permettre de l’interroger. S’il devait lui aussi lui sortir le chat noir et compagnie, elle préférait ne pas perdre son temps. Sans s’en rendre compte, elle se mit à se ronger les oncles, mauvaise habitude qu’elle avait eu du mal à perdre mais qui revenait quand elle paniquait un peu trop. Autant, il était juste venu la voir parce qu’il s’ennuyait et qu’il avait envie d’un peu de compagnie si c’était le cas, il allait se faire envoyer sur les roses avec toute la non diplomatie dont elle pouvait faire preuve.
Niki croisa ses jambes pour se donner contenance mais les décroisa aussitôt, mieux valait que ses pieds restent bien cachés sous la table.


*ça faisait longtemps que je m’étais pas mise dans le pétrin, faut croire que ça me manquait…*
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: Rain, books and solitude... {libre}   Lun 3 Sep - 19:54

Timide? Anxieuse? Nerveuse? On dirait bien oui. En tout cas c’est ce qu’il pouvait ressentir en ce moment. Les autres étudiants étaient trop calme pour éprouver un malaise pareil. Ca fait trop d’émotions différentes d’un seul coup là. Ce flot de sensations réussit même à lui donner légèrement mal à la tête. Fais chier. Matyas regarda un moment ailleurs, baissant légèrement la tête comme si la conversation s’arrêtait là, et qu’il retournait à son bouquin de médecine. Sa main gauche lâcha le crayon, venant se poser sur l’une de se tempes qu’il caressa pendant un petit moment, avant de reposer son regard sur la demoiselle. Sa excuse à deux balles, il ne l’avait pas avalé. Il aurait pu la croire, c’est vrai, son mensonge avait l’air d’être un réponse honnête, mais bon la vérité il la trouve dans la tête de ses interlocuteurs. Si seulement elle savait que son petit barrage ne servait à rien. Il la protégeait peut être de ces voix casse pieds, mais elle n’était pas protégé de ceux de son ‘espèce’. Est-il vraiment de son espèce en fait? C’est une bonne question ça.
Ca l’intéresse? Honnêtement il en sait assez pour ne pas avoir besoin de chercher, mais c’est vrai que ça l’intéresse tout de même un peu. Qui ne serait pas intéressé de savoir ce qu’il est vraiment et pourquoi il est si différent des autres, hein? Tout le monde veut savoir pourquoi tel ou truc fait que truc ou machin est différent des autres. Bref, tu hésites trop là Matyas, ton silence va te trahir, réponds, et bouge toi un peu. Silencieux? Il l’a toujours été, ne parlant que quand il juge que c’est vraiment utile. A quoi bon brasser de l’air si ce n’est que pour des conneries aussi grosses que soit même.


«J’avoue.. je m’y intéresse aussi Dit-il en esquissant un léger sourire amical à l’adresse de la jeune femme. Son regard s’était finalement posé sur la couverture de l’ouvrage qu’elle avait refermé quand il lui avait posé sa petite question. Ce n’est pas le meilleur bouquin de la bibliothèque sur ce genre de sujet… enfin, il y en a tellement de bouquins sur ce genre de truc qu’il est bien difficile de choisir le bon. Le plus gros est souvent le meilleur. Les deux plus gros, étaient en effet les meilleurs sur le sujet.«Il y a un autre ouvrage, peut être un peu plus complet que celui-ci sur la dernière étagère du rayon… enfin si mes souvenirs sont bons bien sûr..»Ne pas penser trop fort? A vos ordres ma chère. La télépathie étant le premier don qu’il avait ‘récupéré’, il avait appris à s’en servir, créant ce fameux bouclier qui empêcherait quiconque de lire dans sa petite tête ses sombres pensées, et ses souvenirs. Pour quelqu’un comme la jeune femme, l’esprit de Matyas est vide.. complètement vide, dénué de toute pensée. Peut être que le flic qui l’avait interrogé était télépathe lui aussi.. pour qu’il dise que c’était inhumain de ne rien ressentir. Non.. Cette possibilité était impossible, il l’aurait sût, si ce gros balourd avait réellement été comme lui. Matyas referma doucement le gros volume de médecine, le laissant glisser sur le côté de la table, posant dessus son carnet à dessin et son crayon avant de s’asseoir plus confortablement dans sa chaise. La porte de la bibliothèque venait de s’ouvrir encore une fois, laissant entrer une ancienne copine de Nikki. Ancienne copine qui jeta un regard un peu trop pesant à Matyas pendant qu’elle passait. Nikki lui avait dit que ses copines n’approuvaient pas vraiment la relation qu’ils pouvaient avoir, mais qu’elle s’en fichait. «Je t’aime et le reste je m’en fou» C’est beau n’est-ce pas? Une fois encore il avait joué le jeu, se prenant même à lui glisser un «Je t’aime» sensuel et plein de sentiments à son oreille, le matin au réveil. Les cours de sa mère lui ont été bénéfiques… Sans ces fameuses leçons il sûrement déjà en train de pourrir en prison…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niki Har
Invité



MessageSujet: Re: Rain, books and solitude... {libre}   Lun 3 Sep - 21:43

C’était un peu plus qu’un simple intérêt quand on sait ou se trouve les ouvrages traitant du sujet. Elle s’abstient de faire cette remarque à voix haute, il venait de lui faire gagner un temps précieux, elle n’allait pas se montrer ingrate. Elle fut un instant tenté de s’immiscer dans son esprit pour savoir s’il n’avait fait que consulter quelques ouvrages où s’il en savait plus mais son sens éthique fut le plus fort. Elle ne le ferait que si elle n’avait pas d’autre choix.

« Merci pour l’info, j’irais le voir…Plus tard » lui dit-elle avec un sourire aussi sincère que possible.

*Quand mes pieds seront redevenus normaux….*

Elle se pencha un peu pour regarder discrètement dans quel état ils se trouvaient.
Un des étudiants était très concentré sur son devoir de chimie, il répétait dans sa tête encore et encore les éléments de son tableau dans sa tête, il finit par percer la muraille de Niki. Ce fut d’abord la formule du carbone qui pénétra dans la tête de la jeune femme. Elle prit sur elle, grande inspiration. Elle devait se protéger, vite avant que tout ne craque. Pour le moment, ce n’était qu’une simple fissure, elle pouvait encore endiguer l’invasion. Il suffisait qu’elle se concentre. Le problème, c’est qu’elle n’était pas seule, le mec avec qui elle venait de parler était encore là, il allait la prendre pour une folle. Elle perdait les pédales, elle le sentait, son écran de protection était en train de se fissurer de plus en plus. Après les formules de chimie, se fut des dates histoires puis toutes les pensées futiles qui passent dans la tête des gens.
A l’autre bout de la pièce, un type un peu louche avait des pensées pas très catholiques concernant sa voisine de table. De tous les cotés, ça entrait dans sa tête… Sauf de son interlocuteur, de lui rien ne venait, comme si son esprit était vide. Elle leva les yeux vers lui, surprise, inquiète, terrifiée, sans savoir lequel de ses sentiments était le plus fort.
D’un bond, elle fut sur ses pieds, toujours invisibles soit dit en passant, et elle s’enfuit vers les rayonnages. Elle dérapait en beauté, il fallait que ça s’arrête, pourquoi ne pouvait-elle rien maitriser de ce qui lui arrivait ? Elle s’arrêta en arrivant face à un mur, elle était dans la section consacrée à l’histoire, l’endroit le plus éloigné des tables et des gens. Pourtant les voix étaient encore là. Elle n’arrivait plus à les faire taire. Elle eut envie de crier, d’appeler à l’aide mais personne ne viendrait la sauver, personne ne pourrait la sauver.
Elle se laissa glisser le long du mur et plaqua ses mains contre ses oreilles sans succès. Rien ne pouvait atténuer le brouhaha incessant des pensées. Des larmes coulèrent le long de ses joues, elle avait mal, mal à l’intérieur. Elle commença à se balancer d’avant en arrière comme le font les autistes, elle aurait pu tuer pour que le silence revienne.


*Aidez-moi, n’importe qui, si vous m’entendez venez m’aider. *

Sa gorge se noua, les larmes se firent plus importante, elle craquait. Elle n’avait rien demandé, pas de pouvoir, rien ! Qu’on les lui reprenne ! Qu’on la rende normale, elle n’en souhaitait pas plus. Seules les pensées arrivait jusqu’à elle, le monde qui l’entourait semblait avoir perdu de sa consistance.
Elle n’aurait jamais du quitter son appartement, son havre de paix. Là-bas rien ne pouvait l’atteindre. Il était peut-être temps pour elle d’admettre qu’elle ne devait pas avoir de relation avec les autres humains. Se terrer comme une bête en fuite devant un prédateur redoutable et invisible.
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: Rain, books and solitude... {libre}   Lun 3 Sep - 22:30

Plus qu’un simple intérêt? Sûrement. Sans réellement le vouloir Matyas avait laissé s’échapper cette information qui pourrait donner des doutes à la jeune femme. Il aurait du faire gaffe, dire un truc un peu moins précis, ou du moins éviter de dire qu’un autre bouquin plus intéressant se trouvait ici, surtout après dit que ce genre de truc n’était pour lui qu’un simple intérêt sans grande importance. Ce faire avoir en beauté, voilà ce qui vient de se passer. Tant pis, il se rattrapera. D’humeur plutôt convenable ce soir, le jeune homme était presque prêt à se perdre dans une conversation ‘normale’ avec une jeune femme plus ou moins normale. Ne quittant pas la demoiselle des yeux, Matyas la regarda faire sans rien dire. Les pensées de ce fameux étudiant penché sur son devoir de chimie lui venaient aussi à l’esprit, de simple murmures sans grande importances. Les pensées de l’autre obsédé aussi lui venaient en tête, un peu plus fortes que les autres, mais pas assez pour qu’il prennent le temps de réellement les entendre. Non, celles de la jeune femme devant lui étaient plus intéressantes. Jeune femme qui finit par leva le nez de sous la table, pour poser un regard surpris, inquiet et tout ce qu’on veut sur lui. Oups… avait-elle tenté de lire dans sa tête? avait-elle vu que rien ne s’y trouvait hormis un grand vide? Le néant et pas le moindre soubresauts de pensées cohérentes, ou même incohérentes, on s’en fou. Rien, rien du tout. C’est cette absence de pensées qui fit réagir la brunette. Aussi subitement qu’un animal qui sort de sa cachette pour fuir les chasseurs qui lui collent aux fesses, elle s’était levé pour partir comme une furie vers les rayonnage les plus éloignés de la bibliothèque. Matyas resta un long moment immobile, la main sur son bouquin, toujours appuyé contre le dossier de sa chaise, fixant comme si il la voyait la jeune femme en levant légèrement un sourcil. Les regards un peu intrigué et souvent noirs, des autres gamins ne le touchaient même pas. Il avait laissé sa main libre, glisser dans sa poche, revenant jouer avec le fameux briquet… une clope… maintenant, tout de suite… ici? Il va se faire jeter, il le sait.. et pourtant. Un petit sourire espiègle se dessina doucement sur ses lèvres. Peut être que.. tu peux toujours essayer on verra bien. Ce gamin qui pouvait se permettre d’arrêter le temps comme bon lui semblait, n’avait pas eu le temps de figer son adversaire… ou alors c’est parce qu’il ne savait pas ce servie de ce don, trop puissant pour lui? Peut être bien. Pauvre petit.
Matyas avait finit par fermer les yeux, tentant de faire abstraction de tout le bruit qui pouvait régner dans sa tête pour se concentrer sur le tic tac de l’horloge accroché au dessus du bureau de la bibliothécaire. Les figer eux... pas la petite… juste eux… Tic tac, tic tac.. tic… tac… tic…. Hop, la trotteuse avait arrêté sa course, l’étudiant qui se grattait si joliment la tête avait été figer dans son geste, la gamine qui s’amusait à se recoiffer en se regardant dans la miroir de poche de sa copine, tirait une de ces tronches.. Pathétique. Matyas était resté assis à sa place, sortant tranquillement le paquet de cigarettes qui se trouvait dans l’une des poches de sa veste, le briquet avait déjà quitté l’abri de sa poche, une petite flamme jaune venant brûler l’extrémité de la cigarette. Il en tira une longue bouffée, laissant la fumée s’échapper en expirant doucement.


«Pourquoi te cacher? Pourquoi fuis-tu devant tes bourreaux? Pauvre petite sorcière.. incapable de contrôler deux trois pensées de rien du tout…»dit-t-il rompant ce silence de plomb, silence qui était juste brisé par les pleurs de la jeune femme. Une chaise venait de glisser sur le parquet, le faisant doucement grincer, pendant qu’un bruit de pas, régulier et peu pressé se faisant entendre. «Pourquoi pleures tu petite fille?» Souffla le jeune homme, s’appuyant contre le début de la rangée de bouquin tout en jouant avec sa cigarette, regardant celle qui était assise par terre et qui avait laissé ses larmes gagner la partie. Un léger sourire en coin avait finit par venir étirer ces lèvres fines, laissant cette petite virgule creuser sa joue gauche. La tuer ici ne servirait à rien Matyas, tu le sais, et puis tu es déjà télépathe…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niki Har
Invité



MessageSujet: Re: Rain, books and solitude... {libre}   Mar 4 Sep - 11:43

Elle avait toujours voulu disparaitre. S’effacer, ne pas être vue mais jamais autant qu’en ce moment. Ou juste être dans un autre endroit. Tout à coup, les voix se turent alors qu’elle avait déjà abandonné le combat contre elle. Comment était-ce possible ? Elle ne voulait pas le savoir, une chance pareille, ça n’arrive pas assez souvent pour qu’on soit en droit de se poser des questions. On se contente de dire merci et on en parle plus, point barre, bonsoir m’sieur dame. Pourtant, elle ne parvenait pas à avoir ce recul. Ce n’était pas normal… Il n’y avait plus grand-chose de normal dans sa vie ces derniers temps, elle devait bien le reconnaître, mais là, c’était pire. L’atmosphère était lourde et pesante, il se tramait quelque chose de louche sans qu’elle puisse dire quoi.
C’est alors que le silence la frappa. Pas le silence dans sa tête, le silence partout ! Un silence trop parfait, même pour une bibliothèque. C’était comme si les seuls bruits encore existants étaient ceux de ses sanglots qu’elle avait du mal à contenir. Une absence totale de bruit était encore plus effroyable que trop de bruit. La vie avait comme stoppé son court et ça n’augurait rien de bon. Elle n’avait pas le pouvoir de prédire l’avenir mais son instinct de survie lui hurlait de quitter cet endroit le plus vite possible. Une voix s’éleva, hors de sa tête, ce n’était déjà pas si mal. C’était celle du jeune homme avec qui elle venait de parler. Ce qu’il dit lui glaça le sang, comment pouvait-il savoir… Comment pouvait-il savoir qu’elle était télépathe alors que lui-même n’avait pas de pensée… A moins qu’il ne soit assez expérimenté pour le cacher. Elle n’avait jamais pris le problème sous cet angla, avant tout, son objectif avait été de faire se taire les pensées des autres mais jamais elle n’avait songé à cacher les siennes. Elle se dit qu’elle aurait mieux fait de le faire vu tout ce qui lui était passé par la tête depuis qu’elle était arrivée ici. Quelle sotte elle avait pu être ! Elle n’avait même pas envisagé que d’autres personnes puissent avoir aussi cette malédiction.
La voix du jeune homme s’éleva une nouvelle fois lui faisant prendre conscience qu’elle n’avait toujours pas réussit à calmer ses pleurs. La douleur des voix avait fait place à la peur de mourir. Il venait vers elle, elle l’entendait, sa gorge se noua, elle eut de plus en plus de mal à respirer. Et elle finit par le voir… Il n’était plus très loin d’elle… Aucune issue, elle était prise au piège. Crier ne servirait à rien. Elle pensa trouver son salut dans ses pouvoirs, ils ne pouvaient peut-être pas lui être très utiles pour se défendre mais disparaître pouvait l’aider pour un temps. Malgré l’effroi qui l’avait saisi, elle tenta de se rendre invisible… Et bien entendu, l’effet inverse se produisit, les petites zones déjà disparues refirent leur apparition. Elle était perdue.


« Qu’est-ce que vous me voulez ? »

Elle avait voulu crier mais ça voix était à peine plus forte qu’un murmure, elle n’était même pas sure qu’il l’ait entendu. Pourquoi ne parvenait-elle pas à maitriser ses dons au moment où elle en avait le plus ? Sans doute qu’elle paniquait trop pour ça…. Et elle ne pouvait pas se voir…
Elle ne pouvait pas voir que ses taches de rousseurs devenaient moins nombreuses alors que les traits de son visage changeaient. Elle ne pouvait pas voir ses cheveux prendre un noir plus profond que ce qu’ils étaient déjà. Le rouge autour de ses yeux, causé par les larmes, s’atténue jusqu’à expirer totalement. Tout au plus, elle aurait pu voir ses mains changer légèrement, devenant plus fine et plus grandes mais pour ça, il aurait fallut qu’elle les regarde. Mais son regard était fixé sur l’homme. Elle avait au plus profond de son être l’espoir qu’il ne viendrait pas jusqu’à elle, qu’il ne faisait que s’amuser, comme un chat avec une souris et qu’il finirait par se lasser. A trop agie comme une souris, on finit par trouver son chat.
Elle se mordit la lèvre jusqu’au sang, seul moyen vraiment efficace pour faire taire ses pleurs… Remplacer une douleur par une autre.
Elle était dans l’attente, tout ne dépendait plus que de lui et de sa volonté de faire d’elle un cadavre ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: Rain, books and solitude... {libre}   Mar 4 Sep - 14:36

Il avait pris son temps pour la rejoindre, appréciant enfin ce silence de mort qui planait dans la pièce. Silence de mort.. comme c’est bien dit n’empêche. Sauf que là i va y avoir quelques problèmes si tu la tues.. il le sait. Le meurtre de Nikki était en soit, assez risqué, il en était bien conscient. Mais alors là, c’était de la folie pure. Là c’était certain, une fois que le temps reprendrait son cours, les doutes se poseraient tout de suite sur lui. Le seul qui a pu quitté la pièce sans que personne ne s’en rende compte. Le seul que cette coupure temporelle n’a pas touché. Il est peut être un peu dérangé sur les bords, c’est vrai, mais il n’est pas fou, loin de là. Pas encore en tout cas.
Le jeune homme était enfin arriver près de la petite sorcière, la regardant un moment sans rien dire, avant de rompre une nouvelle fois le silence. Elle paniquait, sa panique était si grande qu’il arrivait à la ressentir comme si c’était lui qui avait la trouille. Pourtant ce n’était pas le cas du tout. Au contraire, ce genre de situation l’amuse… voir la peur dans es yeux de ses victimes, c’est toujours un plaisir, dont il ne se lasse pas. Il tira une nouvelle fois sur sa cigarette, tournant légèrement la tête pour poser son regard pâle sur la bibliothécaire qui mordait le manche de ses lunettes. Ridicule.. l’envie de lui enlever ses binocles des mains et de les balancer dans l’une des poubelles de la pièce lui traversa l’esprit. C’est trop gamin ça, trop gentil en plus. D’autres idée plus méchantes ne tardèrent pas à venir germer dans son esprit noir. Mais bon, ce n’est pas cette vioque qui l’intéresse.. bien au contraire. Il reposa enfin son regard sur la jeune femme, jeune femme qui venait de laisser un murmure s’échapper de ses lèvres. Ce qu’il lui veut? A la base il voulait juste ‘jouer’ avec elle. Sa télépathie lui suffit, il n’a pas besoin de celle de la brunette. Se rendre invisible, ça peut être utile, mais sans plus.


«Rien… Je veux juste t’aider à faire sortir ces voix de ta tête…» Let me see inside your head baby… Un nouveau sourire se dessina sur ses lèvres. Qu’elle jolie phrase, dite sur un ton si gentil, qu’elle aurait pu Presque croire qu’il était sincère. Comme si il l’était franchement, le froid de ses yeux disait tout le contraire. Mais dans un sens il était peut être sincère. Faire sortir ces voix de sa tête… en lui ouvrant le crâne comme aux autres? Pourquoi pas, après tout c’est une solution comme une autre. Un petit jeu pas bien méchant, qui ne se finirait pas trop mal… enfin c’est ce qu’il pensait jusqu’à ce qu’il voit ce qui venait de se passer. Et ben dites donc… La petite brunette venait de changer de visage, de corps en fait. Métamorphose? On dirait bien oui.. ça par compte c’est intéressant.. très intéressant. Il n’avait jamais tué de sorciers jusqu’à maintenant, s’attaquant uniquement aux Elus, ma foi tout peut changer un jour ou l’autre non? Son gentil sourire devint plus cynique, pendant qu’il s’approchait d’elle, pour finir par s’agenouiller devant elle, écrasant son mégot sur le sol, son laissant une petite trace rougeâtre venir marquer la jolie moquette. Il laissa son regard se perdre dans ces yeux encore luisants de larmes.
«Mais j’avoue qu’après cette jolie démonstration de métamorphose.. j’ai bien envie de voir ce qui se passe dans ta petite tête» Ton ironique qui se voulait drôle… humour noir.. personne n’aime ce genre d’humour et pourtant, lui il adore ça. La panique qui venait d’apparaître sur ce petit visage, manqua de la faire éclater de rire. Il se releva lentement, fourrant sa main dans la poche de son jean, à la recherche de Dieu seul sait quoi, tout en revenant vers le début de l’allée, bloquant une fois encore, tous moyens d’échappatoire à la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niki Har
Invité



MessageSujet: Re: Rain, books and solitude... {libre}   Mer 5 Sep - 14:45

Au fur et à mesure qu’il approchait d’elle, elle essayait de reculer en s’aidant de ses pieds, chercher un moyen de fuite mais il n’y en avait aucun. Elle était prise entre lui et le mur sans aucune chance de pouvoir lui échapper. Les étagères étaient trop basses pour qu’elle songe à se faufiler dessus malgré sa capacité à se glisser presque n’importe où. Il avait l’air si calme en plus, comme s’il était persuadé que rien ne pourrait l’atteindre. Elle ne pouvait détourner ses yeux de lui, de peur qu’il profite d’un moment d’inattention pour …attaquer. Toujours assise, il la surplombait de toute sa hauteur, la faisant se sentir encore plus faible et le faisait paraître encore plus grand.
Il dit vouloir l’aider avec ses voix, mais il manquait de crédibilité… Ce n’est pas parce qu’elle ne pouvait pas entendre ses pensées qu’elle ne pouvait les supposer. On ne cache pas ses pensées sans raison et elle redoutait de connaître les siennes même si ne pas les entendre et devoir se remettre au hasard n’était pas beaucoup plus enviable. Il était de plus en plus proche, il finit par s’agenouiller devant elle. Elle se mordit la lèvre pour ne pas crier puisque de toute façon, ça ne servirait à rien. Elle tressaillit quand il écrasa sa cigarette sur le sol, croyant un instant que c’est sur elle qu’il allait l’écraser.
Elle vit la physionomie de l’homme changer comme s’il venait de voir une chose particulièrement passionnante. Elle espérait que ça n’avait rien à voir avec elle.
Démonstration de métamorphose ? Elle poussa un soupir de soulagement. Il était dingue, ce n’était pas spécialement mieux qu’un tueur mais les fous, elle savait comment s’y prendre avec eux. Bien que la manière dont il le disait n’avait pas grand-chose de rassurant. Elle écarquilla les yeux, elle aurait apprécié qu’il s’éloigne un peu… Et il le fit. Elle allait finir par croire aux miracles. Elle se releva mais ses jambes tremblaient encore un peu, il allait lui falloir un peu de temps pour se remettre de ce qu’il venait de se passer.
Elle allait quitter cet endroit et ne jamais y revenir, elle se contenterait d’internet pour ses recherches, tan pis si ça manquait parfois de sérieux, tout plutôt que de prendre le risque de voir ce type… Il s’était arrêté au bout de l’allée se trouvant une nouvelle fois entre elle et la sortie. Elle s’avança tout de même, rassemblant le peu de courage qu’il lui restait. Pourtant, au moment de passer devant lui, elle ne pu aller plus loin. L’idée de lui tourner le dos ne lui plaisait pas du tout.


« Ravie d’avoir fait votre connaissance… »

Il lui parut que ça voit était bizarre mais c’était sans doute du à ce qu’elle venait de vivre.

*Allez, va-t-en maintenant ! *

Elle se disait qu’en jouant l’indifférente, il se lasserait et s’en irait, il ne devait être qu’un malade qui s’amuse à terrifier les jeunes femmes seules… Et elle devait bien reconnaître qu’il était doué, la preuve, elle n’osait toujours pas le dépasser.
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: Rain, books and solitude... {libre}   Mer 5 Sep - 16:27

Faut être réaliste, il avait dit vouloir l’aider sans chercher à avoir l’air crédible, pour une fois d’ailleurs. C’est bien la seule fois, où il n’a pas cherché à jouer la comédie. On ne peut pas toujours se faire passer pour ce qu’on est pas. et lui, il est loin d’être un étudiant modèle et ‘sympathique’. Pauvre sorcière.. elle aurait dû rester dans son appart’ minable à l’autre bout de la ville, elle aurait dû aller faire un tour à la bibliothèque municipale, au lieu de venir mettre les pieds ici. Elle n’avait pas eu l’air de réellement le croire quand il avait parlé de sa petite démonstration. Encore une de ces gamines qui possèdent un don pas possible et qui n’en sont pas conscientes. Franchement, c’est pathétique. Ou alors, certaines sont au courant de cette différence, et font tout pour la cacher, pour être plus ou moins ‘normales’, ça c’est encore plus ridicule. Pourquoi chercher à se fondre dans la masse, surtout quand on sait qu’on est pas comme les autres, que cette ‘anomalie’ nous rend exceptionnel? Mystère et boule de gomme comme on dit. Encore un truc qui échappe au jeune homme, et que de toute façon il ne va plus chercher à comprendre.
Dingue? Peut être un peu.. tout le monde est dingue de toute façon, lui peut être un peu plus que les autres. Mais en plus d’être dingue, il tue… il aime ça, et comme à avoir du mal à ne pas le faire. Surtout que dans cette charmante ville, les victimes ne manquent pas à l’appel. Rien que dans cette université, il a de quoi faire. Entre les sorciers et les Elus… il n’a plus qu’à faire son choix et à attaquer.
Matyas avait finit par revenir se poster devant la sortie, ou l’entrée comme vous voulez, de l’allée. Tournant un instant le dos à la jeune femme, histoire de s’assurer que le temps n’avait pas repris son cours et que les autres ne les regardaient pas d’un regard u peu louche. Ce serait vraiment gênant ça, si il se faisait chopper maintenant. La brunette avait bougé, il l’avait entendu, se relevant pour s’avancer vers lui, avant de briser le silence de la pièce. Le plaisir est partagé ma chère… Un nouveau sourire, toujours aussi cynique, venait de refaire son apparition sur ses lèvres, pendant qu’il se tournait vers la jeune femme. L’option de l’indifférence ne marchait pas vraiment avec lui. Il était patient, et pourrait attendre tout le temps nécessaire avant de s’attaquer à elle, sauf que là, du temps il n’en avait pas vraiment. Elle n’avait pas bougé, restant là à le fixer sans rien faire, la peur l’empêchant d’agir. Les jeunes femmes sont des proies plus ou moins faciles c’est vrai.. mais ce ne sont pas les seules bien au contraire. Il n’y a pas que des femmes qui possèdent ce genre de dons. Tout le monde est pareil pour lui, le sexe il s’en fou.. les pouvoirs, c’est tout ce qui l’intéresse.


« Qui te dit que cette… entrevue s’arrête là ma chère…. Niki» Dit-il au bout d’un moment. Il avait buté sur le nom, ou plutôt avait marqué une pause, histoire de chercher ce qui l’intéressait dans sa petite tête. Niki.. Qu’elle coïncidence n’empêche. Ça va rendre le jeu encore plus intéressant alors…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niki Har
Invité



MessageSujet: Re: Rain, books and solitude... {libre}   Mer 5 Sep - 17:19

Son interlocuteur ne devait pas avoir les mêmes projets qu’elle vu qu’il ne bougea pas d’un centimètre. Passer de force ou renoncer ? Solutions aussi tentantes et répugnantes l’une que l’autre. Pour s’éloigner de lui, elle devrait s’en rapprocher trop à son gout, elle aurait été ravie qu’il s’en aille de lui-même. Pour se donner une contenance, elle attrapa un livre au hasard et le feuilleta, toujours attentive aux faits et gestes de l’homme. Elle regretta son choix, la section histoire ne contenait pas beaucoup de contes de fée et l’ouvrage en question avait forcé la dose sur les représentations sanglantes de pauvres être battu, décapité et autre petits bonheurs du même genre. Elle eut même un haut le cœur devant une peinture gore d’une femme brulant sur un bucher.

*J’aurais pu finir comme ça quelques années plus tôt…*

Elle savait qu’il pouvait entendre ses pensées mais comme il avait déjà percé ce qu’elle était vraiment, elle ne voyait plus de raison de s’en cacher. Il finit par reprendre la parole. Elle détesta la façon dont il prononça son prénom, elle détesta qu’il sache son prénom alors qu’elle ignorait le sien… Il détesta qu’il lui adresse à nouveau la parole. Elle le détestait, sans le connaître, sans rien savoir de lui.
D’un geste énervé, elle reposa le livre d’histoire à sa place et osa enfin lui faire face.


« On vous a jamais dit que c’était impoli de fouillé dans la tête des filles ?! »

Il jouait avec ses nerfs, elle en était consciente et le pire c’est que ça marchait très bien. Elle avait encore peur mais au fond d’elle commençait à naitre un début de colère. Après lui avoir fait le plaisir de fuir devant lui, elle refusait de se donner en spectacle en perdant les pédales… Bien qu’il n’y aurait pas grand monde pour admirer le spectacle.
Elle croisa son regard bleu profond et malgré elle, s’y noya un bref instant. C’était un regard auquel on ne peut rien cacher, pas même les parties les plus sombres qu’on s’évertue de cacher bien profond pour que personne ne les connaisse. C’est du moins ce qu’elle ressentit pendant les brèves secondes où elle ne put détacher ses yeux des siens.


* Reprends-toi… Et arrêtes de penser aussi !*

« Ecoutez, c’était bien sympa, mais ça suffit, laissez moi … »

Elle ne put finir sa phrase, sa voix lui paraissait trop étrangère, comme si elle parlait avec une bouche qui n’était pas la sienne. C’est du propre, c’est elle qui était en train de devenir folle. Cette sensation était horrible, elle l’avait souvent ressentit au début, quand elle ne contrôlait pas encore les voix qui entraient dans sa tête. Mais aujourd’hui, il n’y avait pas de voix… Aucune voix et c’était encore pire. Elle frissonna alors que la température de la bibliothèque était tout à fait acceptable. Elle avait froid à l’intérieur.
Ses mains étaient prises de tremblements à nouveau, elle le joignit comme si elle allait prier pour tenter de ses maitriser. En vain, elle pouvait faire ce qu’elle voulait pour contrôler son corps, il saurait ce qui se passait vraiment en elle, elle le savait. Elle était à sa merci.


« Vous allez me tuer ? »

Autant le savoir de suite. Pas qu’elle ait envie de mourir mais quitte à être sur le point de quitter le monde des vivants, elle préférait en être au courant. Peut-être même qu’elle le laisserait faire, ce n’est pas comme si y’avait quelqu’un qui risquait de la regrettait. D’un autre coté, elle avait envie de vivre, envie de comprendre pourquoi ces étranges capacités tombaient sur telle ou telle personne et pas sur une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: Rain, books and solitude... {libre}   Sam 8 Sep - 14:04

Jouer l’indifférente.. il connaît ce jeu à la con que tente de jouer les petites filles comme celle ci, juste avant de comprendre que ce genre de jeu ne marche pas avec lui, qu’il ne lâchera pas l’affaire, temps qu’il n’aura pas leur cadavre à ses pieds. Elle aurait pu finir comme ça c’est vrai, mais bon la chasse aux sorcières c’et finit depuis un moment, quoi que.. il fait quoi lui là? Il est pas loin de la chasse aux sorcières, sauf qu’elles ne sont pas ses seules victimes, bref, on s’en fou de tout ça. Bien, bien, son petit jeu venait de l’agacer on dirait. Posant son bouquin d’histoire à sa place, la brunette se décida enfin à lui faire face. Matyas esquissa un léger sourire, baissant un instant la tête avant de reposer son regard sur elle.

«On a du me le dire… mais je n’écoutes pas les conseils stupides qu’on peut me donner» Lâcha-t-il, toujours avec ce même ton calme. Elle perdait patience c’est certain. Elle finit par faire l’erreur de laisser son regard se perdre dans celui du jeune homme. Qu’elle grosse bêtise ma petite. Comme les autres, elle s’est perdu dans ses yeux bleutés.. la pauvre. Un fin sourire revint se dessiner sur les lèvres du jeune homme, qui ne chercha pas à détacher son regard de celui de Niki, la fixant même un peu plus intensément pour voir jusqu’où elle pouvait aller. Il ne répondit pas, son sourire fut la seule réponse qu’il pu donner à sa supplication. La laissez? Par qu’elle aille où? Pour qu’elle aille dire à tout le monde que Monsieur Klemmer est un peu ‘bizarre’, mais je suis bête, elle ne connaît pas son nom, ni son prénom. Tout va bien alors, et de toute façon elle ne le lira pas dans ses pensées, il ne pense pas. Ses souvenirs sont bien cacher dans son palais de la mémoire, enfermé à double tours dans leur coffre fort. Pauvre petite chose. Elle tremblait, comme une feuille. Réflexe tout à fait normal dû à une sensation un peu trop forte. La peur.. la colère, mais aussi à cause du froid. Ce n’est pas à cause de la fraîcheur de la salle qu’elle tremble, il le sait. Il lit dans ses yeux la raison de ces tremblements, elle n’a plus peur, ou du moins plus autant, elle est juste en colère, contre lui… Ces jeunes je vous jures.
‘Vous allez me tuer?’Cette phrase résonna un long moment dans sa tête. La tuer? Il l’aurait bien voulu, mais ce soir il va se contenter de jouer. Et puis il n’est pas sassez fou pour tuer une jeune femme dans une bibliothèque pleine de monde, dans l’université qu’il fréquente. Il a réussit à tuer Nikki il y a quelques temps, il va attendre un eu avant de recommencer à tuer ici. Son doux sourire était devenue cynique, il se rapprocha doucement de la jeune femme, la dominant de toute sa hauteur, son regard figé dans le sien.


«Te tuer? Rassures toi, je ne tuerais pas ce soir… je voulais juste.. ‘m’amuser’ un peu» Murmura-t-il avant de faire volte face, revenant vers la table qu’il avait occupé un peu plus tôt. Un simple geste de la main, un seul, et la vie reprit son cours. L’étudiant qui se grattait la nuque reprit sa séance de ‘grattage’, la vieille bique continua de jouer avec ses binocles tout en jetant des petits regards furtifs tout autour d’elle. Matyas rangea ses affaires dans son sac, montrant le livre de médecine à la bibliothécaire qui acquiesça d’un vague signe de tête. Fourrant le gros volume dans son sac, le jeune homme se redressant, adressant un léger clin d’œil à Niki qui était resté dans son coin. L’index du jeune homme vint se poser sur ses lèvres, geste enjoignant la jeune femme de se taire, de faire comme si rien ne s’était passé. Le regard qu’il finit par lui lancer devrait être suffisant pour qu’elle se taise. Sans un autre regard en arrière, Matyas finit par quitter la pièce, laissant la lourde porte de bois claquer derrière lui…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rain, books and solitude... {libre}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rain, books and solitude... {libre}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S.trange L.inks || t.o.o. d.a.z.e. g.o.n.e  :: Dix Est Infini :: Old Subjects-
Sauter vers: