AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 • Not too late, never too late... {PV}

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: • Not too late, never too late... {PV}   Mer 9 Jan - 17:10

Leah sentit vaguement la main de Nathaniel se baladait lentement entre son dos, sa nuque et ses cheveux. Il murmura quelques mots dans son oreille, et le souffle chaud du jeune homme la réveilla bien plus rapidement que quoi ce soit d’autre. Elle ferma les yeux un bref instant, étouffant un soupir quand il trouva judicieux et visiblement très amusant de la torturer un peu plus. Il cessa enfin son petit jeu, la fixant avec un air amusé. Leah sourit, tandis qu’il glissait ses mains dans son dos, se perdant dans les yeux bleus. Il s’écarta lentement avant de lui prendre doucement la main. La jeune femme la lui serra, se mordant la lèvre devant sa si alléchante proposition. Rentrer, certes, mais où ? Sûrement pas pour retourner dans le café dont ils s’étaient passablement éloignés. Plus probablement chez elle. Il savait pertinemment qu’elle ne le laisserait pas repartir trempé. Elle n’était pas sans cœur, enfin, pas à ce point, et pas avec lui. Elle se demanda subitement si c’était une bonne idée de le ramener à son appartement. Elle secoua imperceptiblement la tête. Elle le connaissait bien, ce n’était pas comme si elle invitait chez elle un homme rencontré dans un bar, un samedi soir bien arrosé.

La jeune femme marcha presque mécaniquement jusqu’à son immeuble, avec la nette impression que c’était Nathaniel qui la guidait plus que le contraire. Leah jeta un coup d’œil à la vieille bâtisse. Il ne pleuvait plus à présent, mais le temps restait menaçant et ils étaient aussi trempés l’un que l’autre. Elle ne s’arrêta qu’un bref instant pour chercher les clés dans son sac puis l’entraîna à l’intérieur sans vraiment lui demander son avis. Après tout, c’était son idée à lui, se dit elle pour se donner bonne conscience. Elle espérait sincèrement que Nate était aussi bordélique qu’elle, vu l’état de son appartement. Un cyclone aurait probablement fait moins de dégâts. Elle quitta sa veste, le laissant s’installer, pour foncer dans la salle de bains. Elle en revint avec des vêtements secs et une serviette qu’elle tendit à Nathaniel en l’embrassant délicatement sur la joue.

« A moins que tu ne t’habilles féminin, je n’ai pas d’habit sec pour toi. » murmura t’elle en s’installant près de lui.

Leah ne savait que faire de plus. Les dés étaient jetés à présent. Elle espérait seulement qu’il n’allait pas finir par regretter. Ils n’étaient pas partis sur de bonnes bases, c’était le moins qu’on pouvait dire. Elle songea à l’enquête sur le meurtre de Nikki. Beaucoup de temps perdu pour peu de résultat. Ce n’était de toute façon pas le moment de penser à tout ça…
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: • Not too late, never too late... {PV}   Mer 9 Jan - 19:41

Peut-être aurais-je dû préciser que je n’avais la simple intention de gentiment la ramener chez elle, pour m’assurer qu’elle était en sécurité, et que je n’avais en aucun cas l’intention de rester bien longtemps? D’après ses sentiments, et ses actes, je pense qu’elle n’a pas compris ma proposition dans le bon sens. Tant pis, maintenant que je l’ai dit, je ne peux pas revenir en arrière. Elle a serré ma main, se mordillant la lèvre avant de m’emboîter le pas. J’ai suffisamment côtoyer les mortels pour comprendre la signification de ce ‘geste’. ‘Geste’ qui m’a d’ailleurs fait sourire. Leah.. Leah.. Si seulement tu pouvais comprendre que je ne suis pas celui qu’il te faut, que je ne suis pas un être ‘correct’ et fréquentable, que ma ‘gueule d’ange’ n’est qu’une façade pour cacher le monstre que je suis à l’intérieur. Si seulement tu pouvais voir que je suis encore plus dangereux pour toi que n’importe quel autre tueur en série, que je suis celui que tu cherches et que tu veux arrêter à tout prix. Qu’elle sera ta réaction quand la vérité sera dévoilée? Quand je me retrouverais derrière des barreaux de fer, ou pire? Là tu souffriras vraiment.
Qui mène l’autre? Bonne question. Sans m’en rendre compte, c’est moi qui la guide chez elle, alors que je ne connais pas la route. Je vais peut être devoir arrêter, et la laisser me ‘guider’. C’est ce que j’ai finit par faire. De toute façon, nous étions arrivé. Les bâtiments de San Francisco m’étonne toujours, moi qui est vécu dans un pays où tout est différent, et où le luxe est important. Moi qui est vécu pendant un temps dans le quartier le plus chic de New York, dans un immeuble aux appartements de grand standing qui offrent une vue panoramique sur Manhattan. Comme quoi, le centre ville de San Francisco n’est qu’une façade, dès qu’on s’en éloigne un peu on revient à la ‘réalité’. Mon admiration pour la façade humide de l’immeuble s’est terminée d’un seul coup. Sans réellement m’en rendre compte nous étions déjà à l’intérieur, au sec, chez Leah. Moi qui pensais que seuls les hommes étaient de gros bordéliques, je me suis une fois encore tromper dans mon jugement. Le désordre qui règne chez la jeune femme m’a surpris. Elle m’a quitté un instant pour aller se changer, instant qui fut suffisant pour que je fasse le tour de la pièce, et m’étonne de ce champ de bataille, qui me fait gentiment sourire.

Je suis resté planté là, debout au milieu de la pièce sans bouger. La voix de Leah me sortit de mes pensées et me ramena à la réalité. Mon regard se détacha du désordre de la pièce pour se poser sur la jeune femme. Je vais être honnête… Je la préférais trempée. J’ai pris la serviette qu’elle me tendait, m’installant sur le canapé tout en tentant d’essuyer convenablement mes cheveux. Acte inutile, quand on sait que ni le fait d’être mouillé ou d’avoir froid ne peux avoir d’impact sur moi. En revanche rester là à fixer la service sans s’en servir aurait l’air suspect, ou du moins étrange.

"Ne t’en fais pas pour ça, je vais pas mourir si je gardes des vêtements humides" Dis-je en éclatant de rire. Rire qui s’estompa bien vite quand je perçus l’une de ses pensées. Le meurtre de Nikki. Depuis notre rencontre au café, elle n’y avait pas pensé, et là, d’un seul coup, cela lui revient. Tient, pourquoi pas.

"Dis moi… Cela fait un moment que je ne t’ai plus vu sur le campus. L’enquête sur Nikki a-t-elle cessé?" Question anodine renforcé par un regard encore plus neutre, regard interrogateur qui me donne l’air de vraiment m’intéressé à tout ça. Dans un sens je m’y intéresse, dans l’autre, j’en ai strictement rien à faire. M’appuyant contre le dossier du sofa, je me suis légèrement tourné vers elle, de façon à la voir sans avoir besoin de me tordre le cou. Ses cheveux, encore humides, dégagent une odeur des plus enivrantes qui tord les entrailles. Je connais cette sensation, sauf que d’ordinaire, je la ressens dans d’autres moments. Leah si tu savais à quel tu m’obsède et me rend fou. Encore plus maintenant que j’ai encore la saveur de son sang sur mes lèvres. Ma question a eu l‘air de la surprendre, il faut dire que c’est à cause d’elle si notre relation a mal commencé. Ben quoi? J’ai bien le droit de m’informer non? Moi qui fut, pendant un temps, le suspect numéro un….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: • Not too late, never too late... {PV}   Mer 9 Jan - 22:26

Il riait si rarement qu’elle se demanda soudain si elle avait réellement entendu rire avant ce jour là. Elle se doutait bien qu’il n’allait pas prendre froid, le fait était que si elle s’écoutait… Elle passa une main sur ses yeux, préférant enfouir bien profondément les pensées pas très catholiques qui lui venaient à l’esprit. Elle sentit un frisson glacé lui parcourir l’échine. Pourquoi lui demandait il soudain où en était l’enquête ? Parce que ça faisait un moment qu’il ne l’avait pas vue traîner sur le campus comme la foutue emmerdeuse qu’elle était ? Son regard presque innocent fit douter la jeune femme. Elle le regarda lui faire face, avant de se lever, contournant la table basse pour aller jeter un œil à son ordinateur portable. Elle vit qu’elle avait un nouveau mail, mais en dehors de ça, rien n’avait changé. Elle s’en voulut d’être subitement suspicieuse et de se méfier de lui. Ce n’était pas comme si c’était lui le meurtrier. Elle effaça le mail sans prendre la peine de le lire. Un mail de Grace. Mais elle était allée trop vite et ne le vit donc pas. Elle referma sèchement le pc, s’agenouillant devant la table basse et posa son regard pâle sur Nate.

« Eh bien, ça n’avance pas vraiment, en fait… J’ai vu certaines photos, et c’est pour ça que j’ai accepté d’aider la personne qui me paye. Je ne pense pas que ce soit un suicide, mais celui qui a fait ça est sacrément malin. » La jeune femme le fixait plus durement à présent. « Pourquoi est ce que ça t’intéresse ? Tu connaissais Nikki si bien que ça ? Tu m’as pourtant dit que tu ne la connaissais que vaguement pour l’avoir croisée sur le campus. »

Le visage, le regard du jeune homme restaient impassibles. Trop impassibles. Comme une carapace derrière laquelle il cherchait à se réfugier. Certains amis de Nikki lui avaient dit qu’elle avait un petit ami mais personne n’avait su dire son nom. Leah en avait été étonnée. Mais ce ne pouvait pas être Nathaniel, ce fameux petit ami introuvable. Jamais il ne lui aurait caché quelque chose d’aussi important. Une idée traversa l’esprit de la jeune femme. Autant joindre l’utile à l’agréable. Elle se releva lentement, revenant vers Nate avec un sourire énigmatique. Elle s’arrêta devant lui, avant de lentement se mettre à califourchon sur Nathaniel.

« Au cas où tu ne l’aurais pas remarqué, je suis très jalouse et très possessive. Alors je te conseille de me dire la vérité si tu ne veux pas passer à mon détecteur de mensonges maison. A moins que ce ne soit justement ce que tu veuilles... »
Elle passa ses bras autour de son cou, effleurant les lèvres de Nate avant de sourire, narquoise…
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: • Not too late, never too late... {PV}   Mer 9 Jan - 22:59

Je me suis fait avoir comme un débutant là. Le regard de Leah me fait bien comprendre qu’elle a des doutes, sur moi, encore. J’aurais dû me taire et ne pas montrer un intérêt soudain pour cette enquête à la noix qui ne fait que me pourrir la vie. Je lui avais effectivement dit, que je connaissais pas Nikki, ou juste de vue comme ça. Il la regarda se lever, la suivant du regard en restant parfaitement immobile. J’ai croisé les jambes, mon coude appuyé sur mon genou, mon menton s’appuyant sur ma main. Nom de Dieu, j’ai été parfaitement stupide cette fois. Le fait que je n’ai pas réagit plus que ça à ce qu’elle vient de me dire, la perturbe, l’inquiète. J’ai appris avec le temps à rester impassible dès que quelque chose serait susceptible de me gêner, dès que je me sens coincé. Aujourd’hui je sais que mon masque de ‘calme’ est parfait et que le mortel le plus basique est incapable d’y repérer quoi que se soit. Mais elle, c’est différent. Je le vois dans ses yeux. Que dois-je faire? Lui mentir, ou faire celui qui a omis un détail important? Je me rend avec stupeur que je suis bien incapable de lui mentir, du moins maintenant.
Elle venait de se relever, s’approchant vers moi. Réflexe ou simple acte dû à ses pensées, je ne saurais le dire, toujours est-il que je venais de décroiser les jambes, me redressant légèrement dans le sofa. Son sourire ne me plaisait pas, mais alors pas du tout. Aussi énigmatique soit-il, ses pensées elles m’étaient bien claires, et je savais qu’elle ne lâcherait pas l’affaire temps que je n’aurais pas répondu à ses questions. Pire qu’un interrogatoire au commissariat. Sa torture est pire que toutes celles que j’ai pu endurer jusqu’à maintenant. Mon cœur s’est emballé au moment où ses lèvres effleurèrent les miennes. J’ai fermé les yeux à cet instant, entre-ouvrant mes lèvres pour capturer l’odeur des siennes. Son sang.. encore une fois je le sens, son goût me revient, et provoque en moi une série de tiraillements incontrôlables. J’ai posé mes mains surs bras, en laissant une remonter doucement le long de ce fameux bras, la laissant se glisser dans le creux de son cou, pour enfin se poser sur sa nuque. J’ai laissé mon regard se perdre un instant dans le sien, avant de s’y ancrer comme jamais je n’avais pu le faire.


"Je t’ai mentit, et j’en suis désolé. Je connaissais Nikki, bien mieux que quiconque. Les amis de Nikki ont toujours eu du mal à comprendre pourquoi elle avait choisit de sortir avec le ‘petit nouveau venu de France’, la jalousie.. C’est un sentiment que je suscite assez souvent" Soufflais-je en la fixant sans ciller. Imperceptiblement, ma main avait commencer à agir, attirant la jeune femme vers moi, lentement très lentement. Son petit cœur bat encore plus vite que le mien. Un morceau de sa première phrase me revint en tête. ‘Celui qui a fait ça est sacrément malin’. Je prends cela comme un compliment même si je ne la remercierait pas.
"Serais-je obligé de passer à ton détecteur de mensonges malgré ce que je viens de dire?" Murmurai-je en m’approchant encore plus, laissant mon souffle se mêler au sien l’espace d’un instant, avant de me reculer, esquissant un magnifique sourire. Avec un peu de chance il sera suffisant pour effacer tous ses doutes. Apparemment non.. mais quel imbécile, je me suis trahis comme un crétin. Décidément, je suis incapable d’agir correctement aujourd’hui. La pluie vient de reprendre, s’écrasant dans un fracas qui est, pour moi, insupportable contre les vitres de l’appartement de Leah. Il y a bien trop de questions dans son regard, des questions qu’elle va finir par formuler je le sens. Bien, autant couper court à tout cela et éviter la partie ‘gênante’ de cette conversation. Je ne voulais pas allez plus loin, mais elle ne me laisse pas le choix. Sans lui laisser le temps de dire ou faire quoi que se soit, la main qui était posée sur sa nuque se crispe et l’attire vers moi. Ses lèvres touchèrent les miennes, unies dans un baiser violent, empli d’un désir que je n’ai pas cherché à dissimuler. Désir vampirique qu’elle prendre pour autre chose. Cette autre chose, qui me fait peur… C’est bête, mais ça me fait peur. J’ai vu ce qu’elle attendait de moi, ce qu’elle espérait faire avec moi. C’est cette vision qui m’effraye au plus haut point. J’ai beau avoir plus de cent ans, je suis ‘mort’ avant d’être un homme, et les rares fois où je me suis retrouvé dans les bras d’une femme c’était l’une de mes semblables, autant vous dire que c’est bien différent. Bref, traite de bavardages, ce n’est pas le moment de réfléchir, agir est plus important. Mes mains ont glissé le long de son dos, venant se poser sur ses reins, mes pousses caressants l’étoffe fine de son haut.. Nate tu es en train de commettre une énorme insanité…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: • Not too late, never too late... {PV}   Jeu 10 Jan - 2:45

[désolée pour les trucs à l'eau de rose, c'est tard et j'en peux plus...]

Le sourire de Leah s’effaça peu à peu. Tout mais pas ça. Pas Nate. Pas le petit ami que tout le monde soupçonnait, elle y compris. Avant de le connaître. Elle ne put rien dire, elle ne put même pas détourner son regard du sien. Comment avait elle pu être aveugle à ce point, comment avait elle pu ne pas se rendre compte qu’il lui avait menti depuis le début ? Elle voulut se dégager mais il l’attirait plus près de lui. Ce qu’il dit ensuite lui fit comprendre qu’il espérait vraiment qu’elle passerait sur ça. Mais elle ne pouvait pas, pas pour Grace, qui était son amie et qui comptait sur elle. Leah regretta d’avoir accepté de l’aider. Elle n’aurait probablement jamais connu Nate mais cela aurait été tellement plus facile et moins douloureux que de devoir tirer un trait sur celui qui comptait le plus pour elle. La jeune femme s’était perdue dans ses pensées et n’avait pas senti les mains de Nathaniel se balader un peu partout dans son dos. Ce n’est que lorsqu’il agrippa sa nuque, l’attirant violemment contre lui, qu’elle le réalisa. Elle aurait dû le repousser, elle en avait douloureusement conscience, mais elle ne pouvait et ne voulait pas. Ils se séparèrent, restant toutefois collés l’un contre l’autre. Elle frissonna en sentait les mains gelées du jeune homme sur ses reins. Elle n’avait jamais réellement eu envie de s’éloigner de ses bras. Elle posa ses mains de part et d’autre de son visage, l’embrassant tout aussi brutalement que lui quelques minutes auparavant. Puis elle laissa ses mains glisser lentement sur sa poitrine, ouvrant avec une lenteur délibérée la chemise du jeune homme. Leah se rendit compte qu’il était hésitant, sans réellement comprendre pourquoi. Elle l’embrassa avec plus de douceur, s’allongeant sur le sofa en l’entraînant avec elle…

Leah somnolait paisiblement dans les bras de Nathaniel. Le canapé était un peu étroit pour eux deux mais, étant donné qu’ils étaient blottis dans les bras l’un de l’autre, ça ne changeait pas grand chose. La nuit tombait lentement sur la ville. La jeune femme se doutait bien qu’il allait certainement bientôt partir et cherchait un moyen, une excuse, n’importe quoi pour le retenir. Elle ouvrit doucement les yeux, s’étirant avant de l’embrasser dans le cou, remontant vers son oreille. Il tourna la tête et elle lui sourit, amusée. Tout était allé si vite pourtant. Elle avait l’impression que la conversation qu’ils avaient eue datait d’un millénaire. Elle aurait tellement voulu qu’ils ne l’aient jamais eue, oublier qu’il avait connu Nikki, et très probablement aimée. Qu’il redevienne le Nate nonchalant qu’il était depuis le début, le Nate qui ne se préoccupait que très peu, voire pas du tout, de l’enquête mais qui était toujours content de la croiser sur le campus. Elle ne voulait pas douter de lui, pas maintenant, pas après les instants si magiques qu’elle avait passé dans ses bras. Mais pourtant elle avait tellement de questions à lui poser. Elle pensa à l’ordinateur qui attendait sur la table. Grace était son amie mais Nathaniel, il était bien plus que ça. Leah se demanda si elle allait regretter si elle prenait la décision de tout effacer de son disque dur. Chaque chose en son temps, et ce n’était certainement pas le moment pour ça.

« Est ce que tu as faim ? » murmura t’elle à l’oreille de Nate.
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: • Not too late, never too late... {PV}   Jeu 10 Jan - 15:08

L’heure des révélations avait sonnée. Vu la tête qu’elle pu faire après avoir entendu ce que je venais de dire, je compris de suite, qu’elle avait tenté de se voiler la face, de ne pas écouter les doutes qui peser sur le mystérieux petit ami de Nikki. Qu’elle avait essayé de croire que ce n’était pas moi, pas le Nate qu’elle connaît et qui compte pour elle. J’ai aimé Nikki, d’un amour superficiel, qui n’était qu’une façade pour me permettre de me rapprocher d’elle, de l’atteindre sans attirer les regards et les doutes. J’ai su jouer mon rôle du petit ami attristé par la mort de sa compagne. Je le joue encore dès que je dois le faire. J’ai évité de le faire face à Leah, j’aurais peut être dû, ne pas avoir l’air si calme et sûr de moi, le jour où elle venue me parler du meurtre de Nikki, j’ai répondu à ses questions avec la plus grande franchise, jusqu’au moment où elles ont commencé à devenir un peu trop… Embêtantes pour moi. A cette époque je n’ai éprouvé aucuns regrets à lui avoir mentit comme j’ai pu le faire, aujourd’hui je m’en veux.
L’heure des révélations est terminée. Elle est train de paniquer, de se demander ce qu’elle doit faire, elle pense à Grace. Je dois mettre un terme à tout ça et je viens de le faire. La résistance qu’elle a pu tenir au début finit par bien vite disparaître, son attirance pour moi étant plus forte que de petits soupçons. Je la laisse faire, de toute façon je ne vois pas ce que je pourrais faire hormis répondre à ses baisers sans chercher de les briser. Ses mains qui glissèrent sur ma poitrine me firent légèrement frissonner. La petite voix dans ma tête m’incitait à tout arrêter, à ne pas aller plus loin, je ne suis jamais allé plus loin de toute façon. Ma chemise qui ne sera bientôt plus qu’un tas de tissus informe posé sur le sol. La seule similitude qu’il peut y avoir entre les moments d’intimité des humains et des vampires s’arrêtent là. Des instincts que je pensais avoir oublié se sont réveillés en moi au moment où elle s’allongea sur le sofa, m’entraînant avec elle…

Elle dort, enfin somnole plus tôt. Moi je me laisse bercer par le rythme calme de sa respiration, écoutant les yeux clos, les battements calmes de son cœur. Mes doigts redessine ses formes, parcourant sa peau douce sans la toucher, l’effleurant juste à peine. Elle vient de se réveiller, son regard est posé sur moi je le sens. Le baiser qu’elle vient de me donner me fait sortir de ma fausse torpeur, me faisant tourner la tête vers elle, m’obligeant à ouvrir les yeux. Moi qui pensais que ce qui avait pu se passer entre nous aurait réussit à lui faire oublier notre charmante conversation, j’ai encore une fois eu tort. J’ai un peu trop tort avec elle, ça m’agace d’ailleurs. Je n’aime pas ne pas avoir raison. Je sens que les prochaines heures qui vont suivre seront une sorte d’interrogatoire, toutes les questions qu’elle est en train de se poser dans sa tête, finiront par franchir le seuil de ses lèvres et tôt ou tard je devrais y répondre, le plus sincèrement possible. Ou du moins quand je le pourrais, si jamais la question risque de lui faire comprendre que c’est moi l’auteur de tous ces meurtres, je serais obligé de lui mentir. Je ne peux pas me permettre d’être franc avec elle, quand ma… vie? Est en jeu. Ce serait vraiment trop bête que mes agissements s’arrêtent là. Je n’en suis encore qu’au début, et je n’ai aucune l’intention de m’arrêter maintenant, même pour elle. Est-elle comme Nikki, un simple pion, une femme que je manipule et fait semblant d’aimer dans le seul but de rester dans l’ombre? Je le pensais fortement au début, j’avoue je le pensais encore en début de journée. Elle n’était pour moi qu’un moyen comme un autre d’ôter tous les soupçons qui pouvaient peser sur moi. Je me rend compte qu’en fait, je me suis, moi aussi voiler la face, pour éviter de comprendre qu’en fin de compte, elle est bien plus que ça. ‘Est-ce que tu as faim?’ Cette question me fit légèrement sourire. J’ai faim, c’est sûr, mais pas le même façon qu’elle. Depuis le temps que je n’ai plus rien avalé, la nourriture humaine n’a plus aucun goût pour moi, hormis celui de la terre, ou d’une autre chose immangeable.

"Non… pas pour le moment..." Répondis-je dans un murmure, laissant mes doigts remonter le long de son bras, glisser dans le creux de son cou, s’attarder un long moment sur sa gorge. Ces doigts froids, qui finirent par être remplacé par mes lèvres. J’ai beau me dire qu’il faut que je résiste, je n’y arrive pas. Ce n’est pas de ma faute si elle aussi attirante, sous n’importe quel aspect que se soit….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: • Not too late, never too late... {PV}   Ven 11 Jan - 17:59

Nate ne semblait pas plus réveillé qu’elle, mais Leah avait appris à ne pas se fier aux apparences. Et, encore une fois, elle avait eu raison. Elle sourit en sentant la main du jeune homme remonter lentement le long de son bras, se faufilant sur sa nuque et sur sa gorge. Quand ce fut ses lèvres qui prirent le relais, elle ne put retenir un léger soupir, fermant les yeux en se mordant la lèvre. A croire qu’il faisait tout pour repousser l’inévitable. A croire que ça ne la gênait pas, bien au contraire. Pas plus que lui, elle n’avait envie de reparler de Nikki, même si l’un comme l’autre, ils savaient que, tôt ou tard, ça arriverait. Ou pas. Elle aurait tellement voulu oublier.

Leah passa ses bras autour de Nathaniel pour l’attirer encore plus près, à supposer que ce soit possible. Elle tourna la tête, lui offrant un peu plus son cou tout en sachant qu’il n’allait certainement pas se gêner pour en profiter. Un sourire narquois éclaira le visage de la jeune femme, un sourire qu’il ne pouvait pas voir, bien entendu. Elle le laissa effectuer ses petites explorations, en profitant au maximum avant de poser ses mains sur les épaules de Nate, le repoussant doucement.

« J’ai des ordres de là haut… » murmura t’elle avant d’éclater de rire devant son air plein d’incompréhension. « Allons, ne fais pas cette tête, je pourrais très rapidement croire que je peux tout te faire avaler. »

Elle passa ses bras autour de son cou pour l’attirer plus près, de manière à pouvoir tranquillement l’embrasser. Un bip les dérangea pourtant au bout de quelques minutes. Leah tourna la tête en soupirant. Elle aurait carrément dû éteindre ce foutu ordinateur, ils auraient eu la paix. Elle attrapa la première chose qui lui tombait sous la main, en l’occurrence la chemise de Nate qui traînait par terre avec le reste de leurs vêtements, et l’enfila. Elle ouvrit le message tout en jetant un regard à Nathaniel qui fixait le plafond avec intérêt.

Citation :
Hey,

J’ai trouvé ces photos en rangeant les affaires de Nikki. Je pensais que ce salaud les avait toutes jetées, mais elle a été plus maligne.
Je n’ai plus beaucoup de nouvelle de toi en ce moment, est ce que tu laisses tomber ?

G.

Leah ouvrit les pièces jointes et eut soudain l’impression qu’on lui arrachait le cœur. Ils avaient l’air tellement heureux. Mais elle ne sut pas ce qui lui faisait le plus mal. Le fait qu’il semblait avoir sincèrement aimé Nikki, ou le fait qu’il n’était pas assez triste et effondré pour qu’elle puisse croire une telle chose. Et si c’était Grace qui avait raison dans toute cette histoire ? Elle entendit un léger bruit et constata qu’il s’était redressé, comme s’il avait senti son trouble.
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: • Not too late, never too late... {PV}   Ven 11 Jan - 19:13

En effet Leah, je fais tout pour repousser le moment où je devrais me défiler, le moment où je serais amené à te mentir avant de partir, pour t’éviter pendant quelques jours. Je ne peux pas me permettre te dire plus de choses, tu en sais déjà suffisamment, et ce que j’ai pu te dire tout à l’heure est une pièce importante, et je doute que tu garderas cet ‘aveu’ pour toi toute seule. Tu m’aimes, mais cet amour ne sera pas assez fort pour lutter contre l’amitié que tu éprouves pour cette charmante Grace, et tôt ou tard tu finiras par lui dire qui j’étais. En attendant, je n’ai pas à trop m’en faire, tes pensées évitent de remettre le sujet sensible que peut être cette affaire sur le tapis, autant en profiter. Et apparemment, tu as l’intention de me laisser en profiter. La chaleur de son corps collé contre le mien, fut suffisante pour me réchauffer. Elle m’offrait son cou sans se douter un seul instant de quoi j’étais capable, sans se douter que je pouvais la tuer rien qu’en embrassant sa peau blanche. Mes lèvres ne se font pas prier et continuent de glisser doucement le long de sa gorge, mes crocs effleurant de temps à autre la peau de la jeune femme, sans pour autant la blesser. Je l’ai mordu pour la première fois ce matin, et l’envie de recommencer devient de plus en plus intense. Si elle me laisse faire, je le ferais, dans peu de temps j’entendrais son cœur battre à l’unisson avec le mien, dans peu de temps je sentirais son sang couler dans mes veines… Ces idéaux aussi sublimes soient-ils ne se réaliseront jamais, elle vient de doucement me repousser, m’obligeant à renoncer à la chaleur de son cou.
Des ordres? De quoi parle-t-elle? J’ai levé un sourcil, la regardant avec un regard empli d’incompréhension, restant encore plus bête quand elle éclata de rire.


"Peut-être que tu le peux…" Soufflais-je avant qu’elle ne m’attira à nouveau contre elle, capturant une fois de plus mes lèvres, les empêchant de revenir se lover dans le creux de son cou. Qu’est-ce que vous voulez, j’aime bien enfouir mon visage dans le cou des jolies demoiselles… Peut-être pas pour les mêmes raisons qu’un autre homme, mais de toute façon qu’est-ce que cela change? Pas grand chose. Des légers bips finrent par attirer son attention. Elle tourna la tête, poussant un léger soupir. Dois-je l’empêcher d’aller voir son e-mail? C’est ce que j’ai tenté de faire, j’ai resserré mon étreinte, embrassant doucement sa mâchoire pour tenter de ramener ses pensées vers moi. J’ai lamentablement échoué. J’aurais dû être plus insistant. Tant pis, je revient à la contemplation de ce magnifique plafond blanc. Les pensées de Leah me déplurent. Salaud? Quel manque de politesse. Quoi que, venant de Grace c’est une forme de politesse. Elle ne m’a jamais apprécié, elle s’est toujours méfiée de moi, et aujourd’hui sa méfiance va peut être enfin récolter ses fruits. J’aurais dû la tuer dès que j’en ai eu l’occasion, je ne l’ai pas fait, j’ai été stupide. Une bouffée de haine vient de m’envahir, et je sais que si je ne fais rien, je risque de m’énerver, et c’est Leah qui en payera les conséquences, et ça je ne le veux pas.

N’ouvre pas les pièces jointes, je t’en pries ne le fait pas. Trop tard, les photos m’apparaissent comme si j’étais derrière Leah. Je pensais les avoir brûler ces foutues images, je pensais avoir tout détruit. J’ai serré les dents tout en me redressant légèrement, posant un regard brûlant sur Leah qui a posé sur regard sur moi l’espace d’un instant. Je déteste perdre, et je sens que si je ne fais rien, c’est ce qui va arriver. Je me suis levé, enfilant mes vêtements, sauf ma chemise qui est sur le dos de Leah, et qui lui va assez bien d’ailleurs. Je dois me calmer, il le faut. Je me suis passer la main sur le visage, poussant un soupir empli de rage avant de reposer mon regard sur Leah, obsédé par ces photos.


"Je l’ai aimé c’est vrai. Sa mort m’a attristé bien plus que je n’ai pu le laisser paraître. Le fait qu’ils aient décidé de ré-ouvrir cette enquête, je dois l’avouer, me fait plaisir. La vérité mérite d’être trouvé, et dire qu’elle s’est suicidé est un affront à sa mémoire" Dis-je en m’approchant de Leah. "Tu sais que tu te fais du mal en fixant ces photos, qui appartiennent au passé" Elle doute, encore, malgré ce que j’ai pu dire. La colère commence à dominer ma raison, et c’est un peu trop violemment que j’ai refermé l’ordinateur de la jeune femme. La colère, lorsque ce sentiment s’empare de moi, ma vraie nature reprend le dessus. Je la sens, elle n’attend que le moment où je deviendrais faible pour frapper, et faire disparaître l’étudiant modèle dans un coin de mon être. Je ne veux pas qu’elle me voit dans cet état, qu’elle voit le monstre que je suis, hors de question. Je me suis redressé, m’éloignant vers la fenêtre, m’abîmant dans la contemplation du crépuscule tout en lui tournant le dos. Je dois trouver un moyen de l’empêcher de me soupçonner comme elle est en train de le faire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: • Not too late, never too late... {PV}   Ven 11 Jan - 22:45

Leah regarda Nathaniel se lever. Ses gestes étaient raides et secs, comme s’il savait. Elle le regarda se rhabiller, son regard clair durci par une rage soudaine. Elle sentit un frisson glacé lui parcourir l’échine. La façon dont il se passa la main sur le visage ne lui disait rien de bon. Elle l’écouta, gardant le silence. Même si ça lui faisait mal d’entendre ça, en un sens, ça la soulageait. Grace avait simplement eu besoin d’un bouc émissaire, et elle avait choisi celui qui lui avait ‘ravi’ sa meilleure amie. Elle n’avait pas besoin de plus de preuves que ça. Nathaniel Klemmer n’était pas celui qu’elle recherchait. Cela dit, il avait tourné la page relativement vide. Un peu trop peut être. Il refusait de croire que Nikki s’était suicidée, mais cependant tout cela appartenait au passé à ses yeux. Pas vraiment le comportement le plus normal dans ce genre de cas. Leah s’en voulut d’être aussi suspicieuse, mais la façon dont il ferma l’ordinateur fit renaître les restants de doute qu’elle avait encore. Sa réaction et son comportement étaient louches. Beaucoup trop louches à son goût. Elle ne voulait pas laisser tomber cette affaire, pas plus qu’elle ne voulait le perdre. Elle n’avait pas non plus envie de découvrir un matin qu’elle s’était trompée sur toute la ligne. Elle ne le regarda pas s’éloigner, mais elle savait qu’il était derrière elle, planté comme un piquet devant la fenêtre. Elle se releva puis se retourna. Le jeune homme lui tournait le dos, mais elle n’avait nul besoin de voit son visage pour savoir qu’il était en colère. Le soleil se couchait lentement sur la ville. Dans moins d’une heure, il ferait nuit, et son quartier n’était pas franchement bien fréquenté quand le soleil était couché. Elle refusait catégoriquement de le laisser s’y aventurer seul. Elle s’approcha doucement de lui, posant la main sur son bras. Elle ferma un bref instant les yeux devant son absence de réaction. Que pouvait elle bien dire pour qu’il cesse de lui en vouloir ?

« Nate… Je n’ai aucun a priori sur… Les sentiments que tu avais pour Nikki, et que tu as probablement encore… Nate, s’il te plaît, regarde moi ! » s’exclama t’elle en levant les yeux au ciel. Mais il ne broncha pas. « J’essaye de faire un effort, la moindre des choses serait que tu en fasses autant. Mais après tout, ça te serait peut être totalement égal si un de mes ex débarquait ? »

Elle le lâcha, exaspérée, et lui tourna le dos, une main sur la hanche, l’autre sur le front. Elle se demandait pourquoi elle essayait de parler à cette espèce de tête de mule. Quoi qu’à ce stade, on pouvait carrément appeler ça un mur. Elle attrapa une pince qui traînait sur la table basse et releva ses cheveux, dégageant son cou, avant de se laisser lourdement tomber sur le canapé. Elle attrapa la couverture et la jeta sur ses jambes, l’air morose…
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: • Not too late, never too late... {PV}   Ven 11 Jan - 23:20

Dans moins d’une heure, les créatures de mon espèces sortiront de leur tanière pour écumer les rues du centre ville, pleines de monde malgré la saison et l’heure tardive. Dans moins d’une heure, je devrais partir, comme les autres, à la recherche d’une proie qui me permettra de tenir pendant deux jours. Le sang de Leah que j’ai pu boire ce matin ne me fera pas tenir aussi longtemps, j’en ai bien peur. Et rester près d’elle, ne fait que me provoquer, réveiller cette envie de tuer que je tente désespérément de calmer et de cacher dans un coin de ma tête. Elle doute, encore et toujours. Bon sang, que puis-je faire pour qu’elle cesse de penser que j’ai tué Nikki? La haine que je peux ressentir envers cette stupide Grace, a encore monté d’un cran, secouant mon corps de légers tremblements que j’essaye de stopper. Facile à dire, difficile à réaliser, j’en suis bien conscient. Mon regard s’est posé sur un point de lumière qui se trouve sur la façade d’un immeuble en bordure de la ville, à des kilomètres de là. Derrière cette fenêtre, un père de famille vient de s’asseoir à table, ses deux enfants tapant sur la table en attendant leur repas. Leah s’était levée, se rapprochant de moi de la façon la plus discrète qui soit. Je n’ai pas réagit quand elle a posé sa main sur mon bras, je suis encore trop sur les nerfs pour faire quoi que se soit, pour la regarder sans prendre le risque de lui sauter à la gorge, pour faire souffrir encore plus Grace. Qu’en penserais-tu, après ta meilleure amie, perdre ta nouvelle collègue qui t’aide dans tes sales affaires? Tu souffrirais n’est-ce pas Grace? Cette perte t’anéantirait sûrement. J’avoue que j’aimerais bien pouvoir me nourrir de ta souffrance, et m’en servir pour mettre un terme à ta courte vie. Seulement si je tue Leah maintenant, tu remonteras la piste jusqu’à moi, et tous tes soupçons s’avéreront vrais, et ça je ne le veux pas. Je n’ai pas ciller, pas une seule fois depuis qu’elle est à côté de moi, depuis qu’elle tente d’attirer mon attention. Que j’ai probablement encore? Tu m’amuses Leah. J’ai aimé Nikki, d’un amour qui n’avait rien du grand amour, un amour superficiel et de façade qui n’était vrai que dans un seul sens. Aujourd’hui, les seuls sentiments que je peux éprouver à son égard sont la gratitude, pour m’avoir donner un don aussi efficace, et la colère pour m’avoir fourrer dans un tel pétrin. Non, ça j’en suis sûr, je ne l’ai jamais aimé, et je n’ai pas l’intention de commencer maintenant qu’elle n’est plus là. Là, elle marque un point. Si par malheur un de ses ex se ramenait, je ne sais pas ce que je pourrais faire. Si je le sais, c’est sûrement pour cela qu’il vaut mieux qu’aucuns de ces crétins ne viennent la voir. Même si je ne suis pas là. De toute façon, si elle voit quelqu’un d’autre que moi, je le saurais tout de suite, son odeur sera différente, et ça je ne le tolérerais pas. Sa patience vient d’atteindre ses limites, et mon mutisme l’agace. Elle m’a lâché me tournant un instant le dos, pour allez ensuite s’assoire sur le canapé. J’ai fermé les yeux, secouant légèrement la tête avant de me tourner vers elle. Mon regard se posant sur sa nuque bien dégagée, qui n’attendait que moi. Fait-elle exprès? Je commence sérieusement à me le demander.

"Si jamais un de tes ex avait la bonne idée de venir te voir, crois moi il regretterait bien vite cette idée stupide" Soufflais-je en m’approchant d’elle, esquissant un geste pour effleurer sa nuque, me ravisant au dernier instant. Je me suis installé à côté d’elle, mon regard cherchant à attirer le sien. Boudeuse? On dirait bien. "Je suis désolé, je me suis emporté un peu trop facilement. Je comprend que tu doutes de mon innocence de la sorte, si j’étais à ta place je ferais pareil. C’est vrai non? Le petit ami esseulé ferait l’assassin parfait. Ne laisse pas les préjugés des autres troubler ton propre jugement Leah" Ma main s’était doucement posée sur son menton, l’obligeant à tourner la tête vers moi. Je m’étais rapproché, mon visage n’étant plus qu’à quelques centimètres du sien. "Regarde-moi, et dit moi si tu vois le regard d’un assassin dans mes yeux" Murmurai-je, laissant mon regard se perdre dans le sien. Mon regard qui avait retrouvé toute sa pureté. Je ne lui laissais pas plus de temps pour répondre, mes lèvres venaient déjà de se poser sur les siennes. Je l’enlaçais, l’entraînant sur mes genoux. Une fois encore, une de mes mains glissa dans son cou, l’obligeant à légèrement pencher la tête sur le côté. Mes lèvres se détachèrent des siennes, glissant sensuellement le long de sa mâchoire, se glissant dans le creux de son cou, restant immobile un instant avant de remonter légèrement. Je la sens, cette veine que je n’ai pas pu ‘attraper’ ce matin. Mes crocs effleurèrent un instant la peau pâle, la marquant de petites griffures rouges. Mon petit jeu fit frissonner Leah. Frissons qui me firent sourire. Sourire démoniaque qu’ont tous les démons avant d’attaquer. L’appel de son sang est trop fort, j’ai encore envie de la tenir dans mes bras, de lui ravir ce liquide si précieux qui lui permet de vivre. Elle s’est raidit un instant, au moment où je l’ai attiré un peu plus violemment contre moi, au moment où mes crocs percèrent sa peau, s’enfonçant un peu plus dans sa gorge. Pardonne moi Leah...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: • Not too late, never too late... {PV}   Sam 12 Jan - 3:53

Le fait qu’il se reconnaisse jaloux ne la fit pas rire, même pas sourire, et ne la dérida pas. Elle était contrariée et il en faudrait plus que ça pour que ça lui passe. Elle vit vaguement sa main s’approcher de sa nuque pour finalement disparaître on se savait où. Elle écouta ses excuses sans même prendre la peine de le regarder, ayant simplement envie de l’envoyer se faire voir. Mais sa dernière phrase la fit réagir. Elle n’avait jamais laissé personne l’influencer. Pourtant, Grace s’en était plutôt bien sortie. Elle baissa les yeux alors qu’il lui prenait doucement le menton. Elle le regarda, se perdant dans les grands yeux bleus qui se rapprochaient dangereusement. Non, il n’avait pas le regard d’un assassin. Mais elle n’eut guère le loisir de le lui confirmer. Elle répondit à son baiser, se laissant enlacer puis entraîner sur le jeune homme. Elle aimait tellement la façon qu’il avait de la toucher. Elle avait l’impression de n’être rien d’autre qu’une poupée de chiffon. D’une simple caresse, il pouvait lui faire tout ce qu’il voulait. Elle ne put retenir ses frissons quand il descendit ses lèvres dans son cou, remontant vers sa mâchoire pour redescendre encore. Elle se colla à lui, caressant doucement son torse. Un frisson plus intense que les autres la parcourut quand elle sentit les dents de Nathaniel qui passaient à l’attaque. Il la serra plus fort contre lui et, sous l’effet de la surprise, elle ne put s’empêcher de se raidir légèrement. Elle esquissa un léger sourire, passant ses bras autour du cou de Nate. Mais son sourire disparut bien vite. Elle ressentait une douleur aiguë et pas du tout normale dans le cou. Nate la serrait si fort. Trop fort. Elle voulut se dégager mais elle n’en avait plus la force. Elle n’avait même plus la force de le supplier de la lâcher, de cesser ce qu’il lui faisait. Car c’était forcément lui. Qui cela aurait il pu être d’autre ? Elle n’aurait jamais dû se laisser par les délicats yeux bleus du jeune homme. Il mentait comme il respirait, et parce qu’elle ne lui avait pas suffisamment confiance, il allait la tuer comme Nikki. Et comme les autres. Pourtant, elle refusait de croire que c’était Nathaniel. Elle n’était pas assez naïve, ni même assez folle, pour tomber éperdument amoureuse d’un tueur en série. Elle se sentait si mal, pourquoi est ce qu’il ne faisait rien ? Elle n’arrivait plus à garder les yeux ouverts, sa tête était lourde, ses pensées de plus en plus incohérentes. La jeune femme se sentait lentement partir, et ne parvenait pas à comprendre pourquoi celui qui la serrait si fort dans ses bras ne faisait rien pour l’aider. Ni comment elle en était arrivée là. Simplement parce qu’elle avait laissé Nate la prendre dans ses bras ? Impossible. Leah fut brutalement prise de vertiges, et sentit qu’elle respirait difficilement. Au fond, peut être essayait il de l’aider, mais il était trop tard et il n’y parvenait pas ? Elle ferma lentement les yeux, sa tête se posant doucement sur l’épaule de Nate, les battements de son cœur ralentissant dangereusement…
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: • Not too late, never too late... {PV}   Sam 12 Jan - 14:55

Son souffle chaud effleurait ma nuque, les battements de son cœur raisonnaient dans ma tête, leur rythme s’accordant à la perfection avec le mien. Accord parfait qui finira par être briser, dans peu de temps, si je ne fais rien pour l’en empêcher. Son esprit embrumé lui intime de me repousser, de me demander de la lâcher. Moi qui est entendu sa requête, je devrais la lâcher tout de suite, la laisser tomber sur le sofa, la laisser reprendre ses esprits et partir avant qu’elle ne revienne vraiment à elle. Cette idée plait assez au vampire que je suis. Au meurtrier que je peut être. La laisser seule, au seuil de la mort. Partir et effacer ce souvenir, ou du moins une partie, qu’elle oublie que c’est moi qui l’ai tenu dans mes bras, que c’est moi le responsable de ces deux petites marques sur sa gorge. Je peux voler et modifier les souvenirs d’une personne comme bon me semble, je devrais être capable de le faire, même si je ne me suis encore jamais servit d’un tel don.
Sa tête s’est doucement posée sur mon épaule. Son souffle est devenu plus irrégulier, les battements de son cœur raisonnent faiblement à mes oreilles. Bientôt. Je vais bientôt la lâcher.
La main qui se trouvait sur se nuque, et qui l’obligeait à ne pas bouger vient de desserrer son étreinte, l’étau de mes bras lui aussi se relâche. Doucement, je l’allonge sur le sofa, mes lèvre se détachant de sa gorge. Le blanc de ma chemise vire au rouge au niveau du cou. Cette vision, me fait prendre conscience du monstre que je suis vraiment. J’ai déjà vu cette scène un millier de fois, ma victime baignant dans son sang, inconsciente rendant son dernier soupir sur le pavé pourri. Je ne me suis jamais sentit mal, au contraire, cette vision ne faisait que faire monter d’un cran l’extase que j’avais pu ressentir au moment où le sang descendait dans ma gorge. Pourtant, cette fois, je me sens mal. Le mortel que je suis, et qui refait surface de plus en plus souvent, souffre de voir celle qu’il aime dans un état pareil.


"Je suis désolé Leah" Murmurais-je à son oreille, déposant un léger baiser sur sa joue, caressant un instant ses cheveux. J’ai fermé les yeux, me concentrant du mieux que je peux sur ses pensées, cherchant le souvenir que je veux modifier. Quand tu reviendras à toi Leah, tu te rappelleras de tout, tout ce que nous avons pu faire et dire aujourd’hui, jusqu’à cet instant. Jusqu’au moment où tu as ouvert ton ordinateur. Les pièces jointes tu les auras oublier. Tu vas te souvenir d’être sortie avec moi, d’avoir traîner dans les rues de la ville après m’avoir quitté devant les portes de la résidences. Quelqu’un t’auras suivit, jusque dans une ruelle sombre où tu auras perdu conscience. Comment tu as fait pour rentrer chez toi, tu l’ignores. Les seules preuves qui te feront comprendre que tu n’as pas rêvé seront les deux traces dans ton cou. Je me dévoile un peu à elle en faisant cela, enfin de façon indirecte. Elle doutera, son esprit si terre à terre aura du mal à mettre un nom sur ce qui a bien pu lui faire cela. Elle aura une idée sur la réponse, mais ne voudra jamais se l’avouer. Je la connais, je sais très bien qu’elle agira comme cela.
J’ai attrapé ma veste, l’enfilant en prenant bien soin de fermer tous les boutons, si jamais on me voit sortir à moitié nue de son appartement on va se poser des questions. Quoi que je suis resté ici toute une journée, au diable les questions et les ragots. C’est la dernière fois que je la vois, la prochaine fois que nos routes se croiseront ce sera dans un moment. Je vais laisser passer un peu de temps avant de la revoir, lui laisser le temps de ‘digérer’ ce qui s’est passé aujourd’hui. La main posé sur la poignée de la porte, j’hésite à sortir. J’hésite à laisser dans cet état. Elle ne risque pas de mourir, je me suis arrêté avant que son état ne devienne trop critique. C’est après avoir poussé un léger soupir que je quitte son appartement, refermant la porte derrière moi, pour repartir en direction de la résidence….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: • Not too late, never too late... {PV}   

Revenir en haut Aller en bas
 
• Not too late, never too late... {PV}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S.trange L.inks || t.o.o. d.a.z.e. g.o.n.e  :: Dix Est Infini :: Old Subjects-
Sauter vers: