AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Animal we've become {Private}

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Animal we've become {Private}   Lun 9 Juil - 22:25

Le temps a le don de passé vraiment lentement quand on a rien à faire. Enfin rien à faire c’est relatif, mais dans le cas de David, on peut dire qu’il n’avait rien à faire. Iil était tout de même rester deux bonnes journées cloué au lit, à attendre comme un abruti d’aller mieux. bien entendu il n’avait pas vraiment garder le lit pendant deux jours entiers, c’était impossible pour lui, de rester immobile sans rien faire, et de toute façon il avait toujours besoin de se shooter. Il avait beau être de retour chez lui, ce n’est pas pour ça qu’il va arrêter. Oh non, il n’est pas prêt d’arrêter d’ailleurs, malgré les efforts de sa femme. Enfin bref, ce n’est pas vraiment le plus important. Le jour venait de pointer le bout de son nez, réveillant le jeune homme qui était gentiment endormi. La jeune femme qui avait passé la nuit à ses côtés était déjà debout depuis un bon moment. David jeta un bref regard encore endormi au réveil, regardant ensuite autour de lui, avant de reposer rapidement son regard sur les petites lumières rouges comme si il venait de se rappeler quelque chose. En fait, son premier coup d’œil n’avait pas servit à grand chose. Quand on est encore endormi comme il pouvait l’être à ce moment, c’est dur de vraiment se rendre compte de quelque chose. Lui qu pensait qu’il était encore tôt, il avait tort. Les chiffres rouges affichaient clairement qu’il était déjà dix heures passé. Et ben dites donc. Lui qui avait toujours l’habitude de se lever avant tout le monde, il avait réussit à dormir comme une masse jusqu’à dix heure? Comme quoi il avait besoin de récupérer, quand je dis récupérer je ne parle pas de récupérer à cause des coups qu’il avait pu avoir cette fameuse nuit, mais récupérer les heures de sommeil qu’il avait perdu depuis trois ans. Bref, ça aussi c’est pas très important. Emergeant enfin de façon correcte, David s’assit sur le lit, se passant la main dans ses cheveux légèrement en pétard tout en regardant pensivement le mur devant lui. La journée allait être longue, il le sentait. Après un petit passage dans la de bain, histoire de ‘s’arranger’ un peu la tronche, le jeune homme partit en direction de la cuisine en traînant un peu les pieds. Je pense que vous l’avez compris David n’est pas vraiment du matin, en fait il ne l’est pas du tout. Il vaut mieux lui foutre la paix, ou du moins attendre qu’il est avalé ses deux tasses de café avant de lui dire quoi que se soit. C’est pour ça que Casey l’ignore complètement quand il sort du lit. Mais bon après plus de neuf ans de vie commune ils commencent à bien se connaître ses deux là, et il sait très bien qu’elle ne lui en veut pas d’être de mauvais poil de bon matin. Le pire matin de la semaine c’est sûrement le lundi. Pourquoi? Bonne question, David ne travaillant pas, ou plus, n’a pas vraiment besoin de se lever et d’aller bosser. On va dire qu’il a gardé ses sales habitudes de lycéen, comme quoi on ne grandit jamais vraiment entièrement.

Donc après s’être enfilé ses deux tasses de café, David finit par aller s’asseoir, ou plutôt s’affaler dans le sofa, allumant la télé. Mais comme toujours il n’y a rien à cette foutue télé. A quoi bon payer le câbler si sur toutes ces chaînes, il n’y a rien de bien à regarder? Je vous le demande. Enfin bref, ne trouvant d’intéressant pour pouvoir s’abrutir autrement qu’en se piquant, le jeune homme finit par tout éteindre balançant d’une façon pas très douce la télécommande sur le sofa. A seulement dis heures, il était déjà en train de tourner en rond, à ne pas savoir quoi faire. Bon Dieu David, avec tout ce qu’il y a ici ne me dit pas que tu n’as rien à faire. Une idée lui passa par la tête. Depuis combien de temps n’avait-il taper sur quelque chose histoire de se défouler un peu? Bonne question. Quittant le salon, il partit vers la chambre qui lui était réservé on va dire. Ils avaient tous les deux leur petit jardin secret, le sien était là. Même si il n’était pas si secret que ça, il aimait y passer des heures, enfermé dans cette pièce, avec les choses qu’il aimait le plus. Ses affaires étaient toujours, tout, en passant par ses toiles, et le plus petit pinceau. Elle était là aussi. Sa jolie petite batterie. Enfin petite.. bref. Il hésita un moment, se rappelant que ce n’était peut être pas une bonne chose, son bras lui faisait encore un peu mal, et la batterie n’était pas le meilleur instrument pour ménager un bras endommagé. Bon ben tant pis. Il se tourna donc vers une toile blanche, qui avait l’air d’attendre que lui. La peinture sa détend et sa calme non? Il taperait sur sa batterie plus tard. Combien de temps est-ce qu’il resta devant cette toile? Difficile à dire. En tout cas il ne se rendit compte de l’heure que quand on frappa à la porte. Qui pouvait venir lui casse les pieds à une heure pareille? Aucune idée. Il posa ses affaires, laissant tout en plan après avoir poussé un joli juron, pour aller ouvrir la porte.

«Qu’est ce que vous voulez?» lâcha-t-il d’un ton pas très sympathique, qui en aurait fait fuir plus d’un. Apparemment ce ton n’était pas suffisant pour faire fuir la grande asperge qui se tenait devant lui. Asperge qui demandait après sa femme. David leva légèrement le nez, posant un regard d’ambre pas très sympathique sur son interlocuteur. Qu’est ce qu’il pouvait vouloir à Casey? «Je peux savoir ce que tu lui veux à Casey?» Il fixa un moment le jeune homme… L’évidence lui sauta en pleine figure. La tête qu’il avait pu tirer au moment où il avait ouvert la porte aurait dû lui mettre la puce à l’oreille… C’était donc lui, le crétin qui avait osé s’envoyer en l’air avec sa femme… franchement il se serait attendu à mieux. Jaloux le petite David? Un peu oui. Il était pourtant resté impassible, fixant le jeune homme en attendant une réponse. Comment avait-il pu avoir le culot de se pointer ici? bon il devait sûrement savoir toute l’histoire, mais de là à venir ici il faut vraiment être.. stupide. Enfin bref, lui qui avait envie de taper sur quelque chose, l’envie de balancer son point dans cette tronche de petit saint le démangeait vraiment un peu trop.. Patience, essaye d’être un peu civilisé quand même. Enfin civilisé, c’est vite dit, il est toujours en plein milieu du passage, bloquant tout accès à l’intérieur. Il entrera que quand il l’aura décider, non mais !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Animal we've become {Private}   Mer 11 Juil - 7:50

Une mauvaise idée, depuis le début il se doutait que se rendre chez Casey était une sacré … Mauvaise idée. Et pourtant, défiant ses propres appréhensions, Wade s’extirpa une fois de plus de l’hôtel où son frère lui avait conseillé de rester cloîtré, se rendant, fort résolument, chez la jeune femme.
La maison ne fut pas dure à trouver. Une grande baraque, plutôt jolie somme toute, maintes fois aperçue pour y avoir quelques fois raccompagnée sa propriétaire. Il n’en avait, quoi qu’il en soit, jamais passé le porche…
Wade gara sa voiture dans l’allée, la verrouillant machinalement avant de s’avancer, d’un pas résolu, vers le seuil de la demeure des Reynolds. Après avoir sommairement étudié la lourde porte d’ébène lui faisant face, le jeune homme se décida à y taper, recroquevillant son poing contre le bois épais, y assenant quelques coups, plutôt brefs. Maintenant il n’avait plus qu’à attendre, attendre qu’on veuille bien l’entendre…
Des pas précipités, de l’autre côté, eurent tôt fait de l’informer sur l’imminence de l’ouverture du panneau de bois, qui pivota bientôt sur ses gonds, émettant un timide grincement. Wade se recula, souhaitant probablement laisser le temps à Casey de l’identifier, mais ce n’était pas elle qui se tenait en cet instant sur le pas de la porte. En effet, un homme, à la mine peu accueillante, et aux mains barbouillées de peinture, se dessine devant lui, le dévisageant sans tendresse aucune.
L’espace d’un instant, Wade fut sur le point de s’excuser, croyant à une erreur de sa part sur l’adresse de la jeune femme, puis il se rendit à l’évidence … Mr. Reynolds était effectivement rentré à la maison.
Sa bouche n’avait pas encore formé ce « bonjour » grinçant, qui ne demandait qu’à voleter aux oreilles de David, que l’individu l’interpella, manifestant vivement son envie de connaître le but de sa venue. Devant tant d’amour, Wade baragouina son intention de s’entretenir avec Casey, n’étant plus tout à fait sur de l’intelligence de sa démarche.
Le nom de la jeune femme eut l'air de fortement déplaire aux oreilles de l’homme qui, bien loin de se faire plus accueillant, grommela une nouvelle question, plus que jamais semblable à un agent du F.B.I. tenant, sous le faisceau d’une lampe aveuglante, le parrain de la mafia russe. Wade serra les dents, visiblement fermement décidé à garder son calme, enfouissant, au plus profond de son être, les quelques atroces amabilités lui venant en tête.


« - Je suis juste venu lui parler, si elle est là, faites le lui savoir. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Animal we've become {Private}   Mer 11 Juil - 11:26

Mauvaise idée? Le mot est faible, très faible. Franchement il faut en avoir du culot pour oser ramener ses fesses chez son… enfin bref vous m’avez compris je pense. Juste venu lui parler? Non mais franchement cette tête de nœud ne pensait quand même pas qu’il allait gober un bobard pareil? Ce serait le prendre pour un gentil crétin. Il a peut être d’en être un, du moins à première vue. Surtout à ce moment là il avait l’air d’un crétin. La tronche qu’il devait tirer, et ses mains pleines de peintures devaient lui donner l’air d’être le dernier des abrutis. Sauf que ça il s’en contre fiche. Il devait faire un effort considérable pour éviter d’envoyer balader cet importun, éviter de lui peinturlurer la tronche avec ses mains pleines de peinture. Pourtant la toile qui s’offrait à lui était… des plus intéressantes. Il se préparait à répondre un truc pas très gentil, serrant doucement son poing gauche, quand se gentille vieille bique de voisine, ramena ses fesses devant sa maison. Laissant un joli sourire forcé se dessiner sur ses lèvres, David salua la dame. Sans être mal élevé pour autant, il finit par lui faire comprendre qu’elle tombait plutôt mal.. Qu’elle tombait vraiment très mal. Saleté de voisins. Enfin bref, le jeune homme reposa son regard sur la grande asperge, qui n’avait pas bougé d’un poil. Bien, il avait l’air de douter maintenant. Ton idée te paraîtrait-elle stupide? David a une réponse si tu veux: elle est plus que stupide. Bon il avait du pensé que le mari de Madame ne serait pas là, évidemment elle avait dû tout lui dire entre deux petites acrobaties… David tu t’égares là. Secouant légèrement la tête, il regarda un moment ailleurs. C’est la voix du jeune homme devant lui qui le tira de ses pensées. ‘Faites le lui savoir’? mais qu’elle bonne idée.. esquissant un sourire des plus aimables, David se poussa pour laisser le champ libre au jeune homme. Ce dernier hésita un petit moment, trouvant ce changement d’habitude de la part de son interlocuteur des plus étranges, mais ses doutes partirent bien vite de sa petite tête, et il finit par passer ce porche, qu’il n’avait jamais franchi auparavant. Si seulement David savait ça, quoi que en fait il s’en fou aussi, de savoir où ils avaient fait ça, ils l’avaient c’est tout ce qui comptait. Non mais franchement, il avait pas honte de profiter de la faiblesse d’une femme pour l’attirer dans son lit? Quel gros abruti.
David referma la porte, prenant bien soin de fermer tourner deux fois la clé dans la serrure. Ils ne fermaient jamais la porte à double tour, un seul suffisait. Si par malheur Casey passait par là, avant que son ‘ami’ ne soit partit elle se poserait des questions. Le jeune homme tournait toujours le dos à David, regardant devant lui avec un air un peu intrigué comme si il cherchait quelque chose, ou quelqu’un. La tronche qu’il allait faire quand David lui dirait que Casey n’était pas à la maison. Bon et maintenant… C’est la question qu’était en train de se poser David. Maintenant qu’ils étaient à l’intérieur, qu’aucun voisins débiles ne viendraient le déranger, il pouvait librement refaire le portrait de ce crétin… Ben alors qu’est ce que tu attends David? Tu en meurs d’envie depuis qu’il a frapper à la porte. Un petit sourire vint doucement se dessiner sur les lèvres du jeune homme.

«Lui parler? Et qu’est ce que tu peux avoir à lui dire hein?» lâcha-t-il en gardant ce ton froid et distant, qui étaient là pour masquer la colère qui commençait à monter en lui. Comme une cocotte minute en fait.. Plus il attend, et plus l’explosion sera importante. Le jeune homme venait de se tourner vers lui, cherchant le plus vite possible un truc qu’il pourrait répondre à ce bonhomme qui posait un peu trop de questions. Il aurait peut être du continuer de lui tourner le dos. Au moment où Wade ouvrait la bouche, le coup partit tout seul. Le poing de David vint s’écraser sur la jolie mâchoire du jeune homme. Si Wade avait eu mal, David aussi avait morflé. Il avait frappé plus fort qu’il ne l’avait pensé. C’est malin, il avait déjà un bras presque hors service, et maintenant il s’était pété la main. C’est pas grave ça… se serait plus chiant pour la suite, puisqu’il venait juste de commencer à ‘détendre’ ses nerfs. Il avait bien fait de ne pas faire de la batterie tient.. Il allait pouvoir bien se défouler sur ce crétin. Un autre coup partit, ne laissant pas le temps au jeune homme de faire quoi que se soit pour se défendre.

«T’es bien culotté toi quand même, petit morveux. Tu te tapes ma femme et tu oses ramener ta sale tronche chez moi? Et en plus tu oses me dire que c’est pour ‘lui parler’! Tu ne me prendrais pas pour un gros crétin, dit moi?» David qui s’énerve c’es rare, mais alors là.. Il commençait à bien s’énerver, et c’est pas bon du tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Animal we've become {Private}   Mer 11 Juil - 20:53


Cerbère avait finit par le laisser entrer. Surprenant. Ne jugeant pas utile de rester planté sur le palier plus longuement, Wade avait docilement suivit son hôte, effectuant quelques pas précautionneux à l’intérieur de la pièce, laissant son regard ausculter les lieux. Quelques bibelots, deux trois cadres, les photos d’un bonheur figé. Le jeune homme aurait pu rester là, à contempler l’espace, fort innocemment, si le bruit d ‘une clef, tournant par deux fois dans sa serrure ne l’avait pas inquiété. Mr Reynolds tiendrait il, par le plus pur des hasards, à ne pas voir son nouvel invité déguerpir ? Étrange, lui qui avait cru comprendre qu’il n’était pas le bienvenu ici … Souhaitant conserver un minimum d’assurance, Wade resta stoïque, poursuivant une observation, bien moins attentive, des meubles de la famille Reynolds, ne se souciant pas outre mesure du comportement étrange de David.
Une nouvelle question le tira pourtant de son état latent, le poussant à se tourner vers son interlocuteur, manifestement plus maussade que jamais. L’homme, les yeux rivés sur lui, un sourire malsain plaqué sur le visage, tentait une nouvelle fois d’obtenir des informations quant à sa venue, de moins en moins aimablement à première vue. Wade allait lui répondre par une pirouette, après tout, il ne savait même pas si Casey était bien présente dans la maison, pour tout vous dire il en doutait même fort, mais le coup qui s’abattit brutalement contre sa mâchoire le coupa dans son élan. Surprit, pas la violence du choc et son caractère soudain, le jeune homme se recula, portant fébrilement une main à ses lèvres, teintées de sang.
Il n’eut guère le temps de redresser la tête, encaissant un nouveau coup, auquel il n’offrit aucune parade, prit au dépourvu. Sa tête fut durement rejetée en arrière, et il dut prendre appui derrière lui pour maintenir une position verticale, crachant un afflux sanguin trop important sur le sol propret de la maisonnée. Il ne comprenait pas, ou si peu, la raison de ce comportement violent, mais était fermement décidé à ne pas se laisser marcher sur les pieds, même si pour cela, le reste de ses hémoglobines devaient se répandre dans tout le lotissement. Son aversion envers cet homme, si gentiment enterrée pendant plusieurs mois, venait enfin de trouver une raison de s’exprimer au grand jour.
Toujours plus ou moins sonné, Wade s’avança, essuyant, s’un revers de manche, le sang s’étalant désormais sur son menton. David profita de cette courte pause pour cracher, à la trempe de son adversaire, les quelques raisons de cette manifestation soudaine de tendresse, affabulant sur une prétendue liaison qu’il aurait eu avec Casey … Si seulement Wade avait su qu’un jour les choses se dérouleraient de cette manière, peut être se serait il résolu à sortir avec la jeune femme, en dépit de son alliance. Quitte à morfler, autant morfler pour quelque chose non ?


« - Je n’ai jamais touché ta femme gros crétin d’camé, tu m’entends ? Jamais… »

Un rire naquit bientôt dans la gorge du jeune garçon, un rire sans joie aucune, un rire aux accents ternis par la peine et la résignation. Wade hoqueta encore brièvement avant de s’immobiliser, toisant David avec une tranquillité précaire, du sang coulant encore faiblement à la commissure de ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Animal we've become {Private}   Mer 11 Juil - 21:49

Trop surpris pour réagir, la grande asperge n’avait pas eu le temps de faire quoi que se soit pour se défendre, laissant le champ libre à David, qui n’avait pas l’intention de s’arrêter en si bon chemin. Mais alors là pas du tout, il venait tout juste de commencer. les excès de colère comme celui qu’il venait d’avoir, n’étaient pas chose fréquente chez lui, mais alors pas du tout. C’est vrai qu’à première vue il a plus l’air d’un gentil gros nounours tout calme que d’un gars qui pète facilement des câbles et qui frappe sur tout ce qui bouge. Manque de bol pour celui qui venait de se ramasser deux coups dans la tronche, il avait eu la malchance de tomber sur le mari le plus jaloux de la terre, et en plus ça ce fameux mari faisait de la batterie. Ce qui veut dire que quand il frappe…. Il frappe et bien.. allez demander à sa batterie si vous voulez, mais ça ‘étonnerait qu’elle vous réponde, m’enfin vous pouvez toujours essayer.

Il avait finit par reculer de quelques pas, laissant un léger silence s’installer entre eux, avant de finalement cracher à la tronche de son.. adversaire tout ce qu’il avait à lui dire, enfin une partie de ce qu’il avait à lui dire plutôt. Wade finit par reprendre ses esprit. Ah.. déjà là c’était mieux. Content du nouveau portrait qu’il avait devant lui, David esquissa un léger sourire. Nan, il manquait quelque chose… en fait, le résultat final ne lui plaisait pas vraiment. Mais c’est pas grave ça, un tableau est retouché des centaines de fois avant d’arriver au résultat qu’on attend. Et puis de toute façon il avait toute la journée pour finir ce joli tableau. Le seul truc c’est qu’à ce rythme là, toute la maison serait peinturlurer. Il avait fallu qu’il tombe sur une asperge qui saigne facilement. Comment Casey avait-elle pu ‘sortir’ avec ce crétin? Il se posait toujours la question. Mais bon la réponse il s’en foutait quand même un peu en fait. Le jeune homme avait finit par faire quelques pas vers lui, lui faisant face tout en l’obligeant de lever légèrement le nez pour pouvoir arriver à fixer sa tronche de cake. Et en plus fallait qu’il soit grand.. Il poussa un léger soupir, mais vraiment léger, presque imperceptible, soupir de lassitude. Ce petit moment d’inattention, de lassitude disparu bien vite quand il finit par entendre ce que venait de sortir celui qui se tenait devant lui. «Gros crétin d’camé»? alors déjà il est pas gros, juste un peu baraqué c’est tout. Ensuite ce n’est pas un crétin, du moins pas complètement, et après… Ben un camé si s’en est un.. mais bon une réponse juste ne va pas faire pencher la balance en sa faveur. Et en plus ça le fait rire? Franchement à la longue ça commence à devenir vexant, qu’il dise que c’est un crétin ça peut passer, mais qu’il fasse tout ce qui peut prouver qu’il en est vraiment un.. ça devient lourd là. Comme si il allait encore gober un mensonge pareil. Les jeunes de nos jours je vous jures… De vraies machines à mensonges.

«Je suis vraiment touché par le compliment mon cher…» lâcha-t-il en utilisant un ton qui se voulait sympathique. Alors qu’en fait il ne l’était pas du tout, mais bon ça ce n’est peut être pas la peine de préciser. «Par contre quelques trucs me gêne dans ce que tu viens de dire… Déjà je ne suis pas gros» Un gentil petit coup repartit, sauf que celui ci frappa un peu plus bas, ben oui on fait ce qu’on peut. «Après je ne suis pas un crétin, même si tu fais tout pour me le faire croire» Il avait marqué une petite pause entre temps. Le coup qu’il venait de donner dans l’abdomen du jeune homme l’avait forcé à se pencher légèrement en avant, laissant l’occasion à David de refrapper un peu plus haut, histoire d’égaliser un peu. Ben oui, trop de peinture sur un seul coin du tableau ça fait moche. «Ensuite si tu crois que je vais gober ta saloperie de mensonge.. tu te goures» allez et un de plus… Déjà qu’il trouvait que son idée de ramener ses fesses ici était mauvaise.. Ben là il devait entièrement regretté son acte. «Et pour finir… j’ai rien à redire sur le fait que je sois un 'camé' comme tu dis… dommage» La pause qui suivit cette petite phrase fut plus longue que les autres, juste histoire de laisser le temps à Wade de reprendre son souffle, ou alors pour lui faire croire qu’il avait finit… Peut être aussi. L’attrapant par le col de sa veste, David l’envoya gentiment balader, l’envoyant voir le tableau qui se trouvait sur le mur d’en face de plus près. Le tableau ne résista pas au choc et se décrocha du mur, s’écrasant lourdement à terre à côté de Wade. Raté.. il était censé lui tombé dessus dommage. S’avançant vers sa victime, David s’agenouilla doucement près de lui, le regardant d’un regard noir, regard quasi démoniaque.
«Maintenant que je suis sûr d’avoir toute ton attention.. Si jamais j’apprend que tu as encore toucher ma femme, tu vas vraiment morfler.. Compris?»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Animal we've become {Private}   Dim 22 Juil - 4:59

Le calme est un animal craintif. Haussez le ton, venez en aux mains, et il a tôt fait de déguerpir, laissant place à d'autres états, bien moins sympathiques. Alors quoi, oui, Wade n'avait, en cet instant, plus grand-chose du Wadoudou passif des jours heureux.
Il avait pourtant patienté un peu, se contentant de faire face au grizzly hargneux et grondant qu‘il avait désormais comme unique interlocuteur, tentant de récupérer un semblant de contenance, n‘y parvenant que fort moyennement.
L'homme avait recommencé à parler quand le troisième coup parti. Je pourrais vous raconter que Wade s’y attendait, qu’il s’écarta lestement, esquivant l’ uppercut mesquin, mais il n’en fit rien. Trop sonné, encore, pour se lancer dans une quelconque prévision, le jeune homme ne broncha pas, se pliant sous le choc, dans un gémissement étouffé.
Haletant, il n’eut guère le loisir de s’appesantir sur les propos qui suivirent. Dame douleur venait de prendre tranquillement ses quartiers dans son bassin, manifestant sa présence par de nombreux, et très désagréables, à-coups. Relevant légèrement la tête, Wade ne put que voir arriver le quatrième coup, qui vint s’écraser avec lourdeur sur une lèvre déjà fendue, le forçant à se redresser. La tête rejetée en arrière, le jeune homme laissa échapper un hoquet de douleur, s’ efforçant de faire abstraction de la saveur amère du sang, se répandant paisiblement dans sa bouche. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, le coup suivant ne se fit point prier, le faisant chanceler dangereusement sur ses appuis. Quelques étoiles vinrent alors faire leur apparition sur l’écran mouvant de sa vision, s’obstinant à rester ainsi, se faisant plus brillantes encore à chacun de ses battements de cils. Quelques brides de paroles lui parvinrent, désordonnées, avant qu’il ne perde définitivement l’équilibre, visiblement aidé par une nouvelle amabilité de David. Il chuta lourdement en arrière, renversant quelques objets au passage, provoquant la chute d’une chose, probablement lourde, qui s’écrasa avec fracas non loin de lui. Wade soupira, grimaçant, vaguement soulagé de se retrouver sur le plus stable des appuis, à savoir, son délicat séant.
Un ange passa, puis David s’agenouilla, reprenant calmement la parole, proférant des mots que le jeune homme pu saisir dans leur envol.
Il ne devait plus toucher Casey. Plus jamais.
Tiens donc.


« - Pauvre con …Tu ne comprend rien, strictement rien », souffla le jeune garçon en une phrase hachée par la douleur. « Tu ne la mérite pas, tu ne la mériteras jamais … Tu n’es qu’une misérable épave … »

Un sourire, teinté par les hémoglobines, prit naissance sur son visage, visiblement entraîné par sa dernière phrase. « Misérable épave », quelle qualification amusante pour aviser l’homme qui se tient face à lui, et qui ne crache pas tout son pactole de globules rouges sur le plancher. Foutrement amusant.
Poussé par un nouvel élan, que d’autres appelleront « haine », le garçon se redressa, non sans mal, plaquant ses mains ensanglantées sur la peinture immaculée du vestibule.
Puis, profitant de la position actuelle de David, et n’étant guère en mesure de s’exercer à de plus nobles mesquineries, Wade posa rapidement ses paumes écarlates sur le crâne de l‘homme, assénant, au faciès aimable, un coup de genou avisé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Animal we've become {Private}   Dim 22 Juil - 14:12

Grizzly? C’est pas faux ça tient, notre marmotte qui se retrouve en hibernation tous les soirs, venait de se transformer en un gros grizzly pas gentil du tout. bon c’est toujours une boule de poil, me direz vous, sauf que la taille et la ‘gentillesse’ sont un peu différentes. Vous avez déjà vu une marmotte, s’attaquer à quelqu’un? Non, c’est gentil une marmotte, ça emballe du chocolat dans du pap…. Je regarde trop la télé moi. Bref, Wade avait vu juste, le gentil David n’avait plus rien de sympathique, encore heureux pour lui qu’il ne soit pas défoncé . Mais je suis bête, ça c’est plus possible, sa gentille femme a tout jeter dans les chiottes. Aveuglé par sa colère, le jeune homme ne pouvait plus garder une once de contenance, et ne cherchait même pas à laisser le temps à son adversaire de faire quoi que se soit. C’est pas vraiment équitable comme combat, un grizzly contre une grande asperge… quoi que cette asperge n’avait pas l’air d’être trop ramollie. Après avoir jetés ses dernières menaces à la tronche de ce grand dadet qui n’est pas foutu de trouver une copine de son âge. Elles sont pas assez bien pour toi les minettes de ton âge? Les femmes mûres c’est mieux c’est ça? Sûrement oui… les mots de Wade arrivèrent aux petites oreilles de David, et ils réussirent à le mettre encore plus en colère. Déjà l’insulte, il avait horreur des insultes. Il avait été poli lui jusqu’à maintenant non? Pourtant des jolis mots il devait en connaître encore plus que ce gosse. IL ne méritait pas Casey… ça par contre ça avait réussit à le laisser un peu con. Cette pensée lui avait traversé des centaines de fois l’esprit au cour de ces trois dernières années.

Elle méritait mieux qu’un type qui a des sautes d’humeurs un peu trop facile, qui se shoote tout le temps, et qui en plus de ça peut être capable de la tuer rien qu’en effleurant sa joue. Ca fait mal à dire, mais Wade n’avait pas tout à fait tort. Misérable épave? Il devrait se regarder dans la glace avant de lui sortir une ânerie pareille. C’set pas David qui est en train de laisser ce liquide écarlate se répandre sur le carrelage.. il va se faire tuer par Casey soit dit en passant. Les seules traces de rouge qu’il peut avoir sur lui, ne sont pas faite de son sang. Mais bon ça seulement lui, et celui qui est assis devant lui le savent. Quoi que j’ai peut être parlé trop vite. Le court moment de répit qu’il avait bien voulu accorder au jeune homme avant de faire quoi que se soit, fut une grosse, mais alors une très grosse erreur. Merde, David tu pousses là quand même. Il aurait dû se douter que son ‘copain de jeu’ n’allait pas rester planté là à ne rien faire. Quel crétin, il aurait tout de suite se relever. Il n’avait pas pensé un seul instant que Wade pourrait se lever aussi vite, vu l’état dans lequel il était, c’était un peu impossible. Bref, il n’eut pas le temps de voir le coup venir, de faire quoi que se soit pour se défaire de la prise du jeune homme, la seule chose qu’il put faire c’est voir un truc bleu, venir s’écraser brutalement sur son joli visage. Non purée.. pas le visage, quoi que il ne c’est pas gêné lui. Retenant du mieux qu’il pût le gémissement de douleur qui voulait s’échapper de ses lèvres, le jeune homme porta par simple réflexe ses mains à son visage. Ben voilà, c’est fait maintenant, en plus du sang de Wade, maintenant c’est le sien qui vient tacher ses mains. Une douleur quasi-insupportable s’amusait à parcourir sa petite tête, s’arrêtant plus longtemps au niveau de l’arrête de son nez. Le nez.. c’est pas la première fois qu’il se prend des coups dans le pif, mais qu’est ce que ça fait mal bon sang. Il aurait dû rester coucher ce matin. Ou alors ne pas ouvrir la porte. C’est ça, n’aurait pas dû ouvrir c’tte foutue porte.

Reprenant doucement ses esprits, David attendit tout de même que les éléphants roses qu’il pouvait voir foutent le camp, pour se relever, chancelant un peu, avant de poser son regard sur la grande asperge, lâchant enfin son pauvre petit nez. C’est bien la chose qui l’énerve le plus ça, qu’on lui arrange la tronche. Encore des coups ailleurs ça passe, mais là.. il ne s’était pas gêné pour le faire à Wade, mais sur les autres il s’en fou. Comme on dit, ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas qu’on te fasse… Il a oublié ce truc David je crois.
Encore de plus mauvais poil qu’avant, Le méchant nounours n’attendit pas bien longtemps avant de revenir à la charge, maintenant que son adversaire avait l’air un peu plus réveillé… quoi que… c’était peut être pas la peine de continuer, il était déjà assez bien arrangé comme ça le petit Wade. Une idée traversa alors la petite tête de David, idée qui le fit légèrement sourire, sourire mauvais. N’attendant pas plus longtemps, le nounours/marmotte se jeta sur sa proie, l’envoyant balader au sol, lui avec. Il ne laissa pas le temps au jeune homme de réagir, ni même de le faire dégager d’au dessus de lui en frappant. Déjà une de ses mains venait de se poser sur sa gorge, pendant que l’autre attrapait son poigné, remontant légèrement la manche de la veste du jeune homme pour pouvoir avoir plus de prise. Vu la haine qu’il pouvait ressentir à ce moment précis, se serrait rapide.. très rapide. Wade avait quand finit par tenter de se défaire de cette étreinte, mais il avait bien vite finit par se ‘calmer’. Les battements de son cœur, venaient de se mettre à raisonner dans la tête de David. D’abord des battements affolés, beaucoup trop rapide.. Pour ensuite devenir plus calme, quasiment lent. La petite lueur de vie qui avait pu briller dans ces yeux verts commençait à gentiment disparaître.. David aurait sûrement eu le temps de terminer de ce qu’il venait d’entreprendre, il en aurait eu le temps en fait, si seulement la porte d’entrée ne s’était pas ouverte….
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Animal we've become {Private}   Dim 22 Juil - 19:21

Le sinistre craquement ayant émané de ce nouveau, et tout récent, coup de genou, fit naître un léger sourire sur les traits du jeune homme, qui se recula sagement, laissant le soin, à son adversaire, d‘évaluer les dégâts. Lui qui n’avait jamais été bien violent s’étonnait, désormais, fort tranquillement, de cette cruelle manifestation de satisfaction. Il se fit pourtant bien peu brutal par la suite, laissant David se redresser sans trouver nécessaire d’asséner, à ses traits grimaçants, une nouvelle amabilité. Non, Wade se contenta de l’observer, étonnement réactif pour un garçon ayant reçut tant de coups.
Peut être aurait il du l’étaler immédiatement, tout compte fait, car l’individu, bien loin de se calmer, se lança une nouvelle fois à la charge, le renversant, comme par habitude.
Les deux hommes chutèrent ensemble, entraînant, dans leur déclin, quelques objets dont Wade ne perçut que le fracas. Puis le sol vint heurter durement son échine, faisant, fort désagréablement, claquer ses dents sous le choc, n’épargnant sa langue que par miracle.
Gesticulant désespérément, il n’eut guère le loisir de se redresser, plaqué au sol par la masse, tout de même imposante, de son adversaire. Il essaya pourtant, un bref instant, donnant frénétiquement des épaules, ne parvenant qu‘à réveiller la douleur lancinante de son abdomen. Alors il attendit, attendit les coups suivants qui viendraient, fort probablement, modifier la plastique délicate de son visage. Mais les jointures des mains peinturlurées de son adversaire ne revinrent point le saluer, et il s’en étonna brièvement, bientôt interrompu par la présence, non prévue, de l’une de ces fameuses mains, non loin de sa jugulaire. Wade se démena une nouvelle fois, persuadé que les doigts colorés du jeune époux ne tarderaient pas à se refermer sur son cou en une ultime étreinte, mais David d’en fit rien, se contentant d’imposer sa deuxième main sur son avant bras, contenant avec peine les soubresauts du jeune garçon.
C’est alors que Wade comprit, un peu trop tard, il est vrai.
Son corps retomba rapidement, cessant toute rébellion, et il ne put que regarder faire David, les yeux écarquillés par la terreur.
Un bruit pourtant vint titiller son ouïe, le forçant à admettre qu’il ne mourrait peut être pas aujourd’hui et entre les mains de cet homme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Animal we've become {Private}   Dim 22 Juil - 21:58

Casey s’était levée tôt ce jour là. David avait vaguement bougé, entr’ouvrant les yeux avant de se rendormir. Ce qui lui avait arraché un sourire attendri. Elle aurait pu rester des heures à le regarder dormir. Mais elle ne pouvait pas. Elle quitta donc la maison peu de temps après, s’apprêtant à passer la journée coincée dans son bureau. Du moins le crut elle. Son téléphone sonna vers onze heures. Elle décrocha machinalement, sans même lever les yeux du dossier qu’elle était en train de traiter. Elle s’attendait à la voix de la secrétaire, aussi qu’elle ne fut pas sa surprise d’entendre celle de son enquiquineuse de voisine. Qui lui dit qu’il y avait des bruits de vaisselle cassée chez elle. La jeune femme répliqua que ce n’était probablement que son mari qui jouait de la batterie avec la fenêtre ouverte. Mais la voisine répliqua qu’il y avait un autre homme chez eux. Le sang de la jeune femme ne fit qu’un tour. Chase l’avait retrouvée. Et il était tombé sur David, alors il avait jugé fort opportun de se débarrasser de lui. Elle qui avait naïvement cru que tout comme pour elle, cette nuit n’avait été pour lui qu’une aventure sans aucune chance de lendemain. Elle remercia rapidement la vieille casse-pieds et raccrocha. Pour une fois qu’elle servait à quelque chose à celle là. Elle descendit les escaliers à toute vitesse, manquant une dizaine de fois de se rompre le cou. Elle expliqua à la standardiste qu’il y avait une urgence chez elle et quitta les bureaux du DA en courant. Elle tenta tant bien que mal de respecter les limitations de vitesse, mais n’y parvint pas. Une chance pour elle, elle ne croisa aucun radar. Arrivée devant chez elle, elle vit une voiture qu’elle connaissait bien. Qu’est ce qui avait bien pu pousser Wade à débarquer chez elle ? Il devait bien se douter qu’elle travaillait à cette heure ci. Elle sortit de sa voiture, interceptée par la voisine qui l’avait prévenue. Voisine qu’elle expédia vite fait bien fait. Espérant qu’elle n’appellerait pas la police. Casey remonta le jardin au pas de course. La porte était fermée à clé. David ne verrouillait jamais. Combien de fois avait elle dû le lui répéter ? Elle mit sa clé dans la serrure et ouvrit la porte. Pour trouver son mari au dessus de Wade. Ils étaient tous les deux dans un sale état. David maintenait le jeune homme. Mais pas fort. Inutile de toute façon, vu ce qu’il était en train de faire. Le teint cendreux de Wade ne lui laissa aucun doute. Mais elle parvint à le couper dans son élan, car les deux hommes l’avaient entendue arriver.

« Non mais je rêve !! Mais qu’est ce qui vous a pris ? »

Elle était… Furieuse. Folle de rage. Elle hurlait mais ne semblait pas s’en rendre compte. Elle ne s’était jamais mise en colère. Ni même énervée. C’était un sentiment qu’elle ne connaissait pas. Jusqu’à maintenant. Pourquoi s’était elle mise en colère ainsi, personne ne le saurait jamais. Elle s’approcha rageusement des deux hommes, repoussant David sans la moindre douceur, avant de s’agenouiller auprès de Wade. Le jeune homme semblait avoir retrouvé quelques couleurs. Elle l’aida à se relever, puis jeta un regard circulaire à ce qui avait été autrefois le salon de sa maison. Elle réalisa alors à quel point elle était en colère, car ladite colère venait de monter d’un cran.

« Je veux une explication, TOUT DE SUITE !!!! » hurla t’elle à l’adresse des deux hommes.

Mais aucun des deux n’ouvrit la bouche. L’un comme l’autre semblait avoir du mal à concevoir qu’elle puisse se mettre dans un tel état de rage, elle qui était d'ordinaire si calme.

« SORTEZ DE CHEZ MOI !! IMMEDIATEMENT !!! »

Casey leur montra la porte, attendant que l’un des deux ne se décide à bouger. Elle ignorait délibérément les stigmates de la bagarre, qui maculaient leurs visages. Elle s’en fichait complètement, à vrai dire. Elle aurait été capable de leur défoncer la tête à coup de batte de baseball si elle en avait une sous la main. Pour le moment, elle voulait simplement qu’ils disparaissent de son champ de vision. Elle attrapa un vase, qui avait miraculeusement survécu et le lança en direction des hommes, qui eurent tout juste le temps d’esquiver.

« DEHORS !!! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Animal we've become {Private}   Lun 23 Juil - 14:12

David avait vaguement entendu la porte s’ouvrir, ou du moins si il l’avait entendu, mais il s’était rendu vite compte que quand il se servait de ses dons, le reste ne comptait plus vraiment pour lui, hormis sa victime. Les battements qu’il pouvait entendre résonner dans sa tête, l’empêchait de se concentrer, ou du moins de se concentrer sur autre chose que sur cette machine qui maintenait en vie. Wade ne s’était pas débattu bien longtemps, comme il l’avait prévu. La rapidité de son don augmente en fonction de ce qu’il ressent. La haine et la colère qui pouvait le ronger à ce moment précis, furent suffisantes pour rendre les choses plus rapides. C’est fou ça… lui qui avait toujours été du genre ‘pacifiste’ qui ne supportait pas de voir les autres s’entre-tuer.. il prenait plaisir à ôter la vie des gens. Bon, bien sûr au début il avait été un peu surpris.. choqué par ce qu’il était capable de faire, mais c’est vite passé. Même que certaines fois il regrette que tout aille aussi vite, on ne profite pas assez quand c’est trop rapide. Tant pis. David avait commencé à lâcher doucement prise, ne tenant sa victime que par le poigné.. c’est plus pratique, au moins là il est sûr d’avoir une prise suffisante pour que ça marche.

C’est une voix féminine, qui lui était un peu trop familière qui le fit revenir sur terre, l’obligeant sortir de la transe dans laquelle il pouvait se trouver. Qu’est ce qui leur avez pris? Ben la question la plus appropriée serait ‘David qu’est-ce qui t’as pris?’ puisque en fait le responsable de tout ce bordel, c’est bien lui, lui et sa jalousie maladive. Il n’eut même pas le temps de se relever, de lâcher sa proie, sa femme venait de le repousser sans grande douceur pour s’agenouiller auprès de la chiffe mole qui reprenait doucement des couleurs. Un nouvel élan de haine remonta doucement en lui, en voyant qu’il avait échoué si près du but, et surtout que sa femme s’inquiétait pour ce crétin. Quoi que se n’était pas vraiment sa femme qui se tenait dans ce qui avait été autrefois un salon. C’était le corps de sa femme possédé par une bonne femme hystérique, qui vient de péter une durite. Depuis le temps qu’il la connaît, il ne l’a jamais vu dans un état pareil. En fait, Casey ne s’énerve jamais, ou alors jamais comme une folle qui crie dans tous les sens. Je sais, c’est pas très gentil ce que peut penser notre grizzly/marmotte, mais bon il n’est pas non plus dans son état normal. Les battements du cœur de la grande asperge, résonnaient encore dans sa tête. Pourquoi? Il n’en savait rien, mais les entendre résonner dans sa petite tête alors qu’ils auraient dû s’arrêter il y a un bon moment, lui tapait sur les nerfs. David était toujours par terre, son mal de crâne dû au gentil coup qu’il s’était pris dans le pif venait de reprendre. Les hurlements de Casey réussirent à le faire sursauter, l’obligeant à lever le nez vers elle, chose qu’il ne fit pas bien longtemps d’ailleurs. Le sang qui remonte dans la tête c’est assez désagréable quand même. Il finit par se relever, lentement mais il se releva quand même. Restant planté comme un piquet de tente, à regarder d’un regard un peu ahuri sa femme, ne sachant pas quoi lui répondre, ne trouvant rien de bien cohérent pour expliquer la raison de cette baston, et le bordel qui régnait dans le salon.

Ni Wade, ni David ne bougea quand la jeune femme leur désigna la porte, leur ordonnant de sortir. Décidément cette petite boule de nerfs l’étonnerait toujours. C’est beau l’amour quand même.. on arrive à tabasser quelqu’un juste parce qu’on est persuader qu’il a fait des choses pas très catholiques avec sa femme, et on arrive à trouver cette dernière tout simplement magnifique quand elle vous criez dessus. Certains trouveraient ça bizarre d’autre non… Ou alors certain pourrait dire que David est encore une fois complètement shooté.. ça passerait peut être mieux si c’était le cas, mais non, Monsieur est sorbe comme un verre d’eau. Sortant de sa petite admiration, le jeune homme se réveilla à temps pour pouvoir esquiver la vase que venait de lancer la jeune femme. Merde, de tous les trucs qui avaient pû venir s’éclater par terre, il avait fallu que celui là reste intacte. En fait ça l’arrangeait, il trouvait se vase horrible. Au moins cette petite confrontation avait son semblant d’utilité: vu le nombre de trucs qu’ils avaient cassé, une partie des bibelots, et autres trucs qu’il ne pouvait pas encadrer avait dû se retrouver par terre. Grande ménage par le vide comme on dit. Bon, c’est pas le moment de penser à ça. Bon alors que devait-il faire, obéir gentiment à sa femme, et sortir de CHEZ lui!? Ou tenter de calmer la tigresse qui se trouvait dans son salon? Première chose à faire avant d’approcher un fauve qui est pas content: regarder qu’il n’y est pas de vase, ou d’autre projectiles à portée de main.. ce qui n’était pas le cas, au moins il n’allait pas prendre le risque de se prendre un truc dans la tronche. Un poing suffit amplement. Le simple fait d’y penser, lui fit mettre un de ses mains sur son nez, juste pour s’assurer qu’il était toujours là. Et puis d’abord… comment Casey avait-elle su qu’il était en train de refaire la déco de la maison avec un camarade de jeu? Oh… mais bien sûr, la vieille bique qui n’avait rien d’autre à faire de ses journées avait du entendre le bruit qu’ils faisaient et avait eu la bonne idée d’appeler Casey? Elle commençait à lui sortir par les yeux c’tte vieille potiche. C’est pas la grande asperge qu’il aurait du zigouiller, c’est bien c’tte vioque. Bon la prochaine fois alors.

David finit par réagir, s’avançant doucement vers sa femme qu le regardait d’un regard pas très sympathique. Toute personne censée aurait pris ses jambes à son cou et serait partit en courant.. Mais bon il connaissait suffisamment madame Reynolds pour savoir qu’elle avait vidé son sac.. Du moins il l’espérait.
«Je suis désolé Casey.. je me suis un peu.. emporté…» Dit-il enfin au bout d’un moment, mais le regard de la jeune femme n’avait pas l’air de vraiment croire ce qu’il pouvait dire. L’autre piquet derrière lui, fit quelques pas. «Toi l’asperge, tu te la fermes!» lui balança-t-il à la tronche du jeune homme au moment où ce dernier ouvrait la bouche pour tenter de dire un truc. Pour quelqu’un qui tente de se racheter.. c’est un peu râpé. Vu la tronche de Casey, il venait d’aggraver son cas, déjà pas très top.. bravo David, toi et ta délicatesse à deux balles. Tu devrais te taire aussi.. ou alors réfléchir avant d’ouvrir la bouche, surtout dans une situation pareille. Celui là je vous jure… Tout dans la finesse…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Animal we've become {Private}   Lun 23 Juil - 17:20

Peut être aurait-il du crever tout compte fait … Cela l’aurait au moins soustrait à ce nouveau fléau que le destin venait d’abattre sur sa petite tête contusionnée.
Il avait lentement reprit ses esprits, apercevant Casey, dans le brouillard de son émergence. Il perçut également un cri, et se serait volontiers recroquevillé sur lui même si son corps, encore engourdit par ce qu’il aurait proprement appelé « le froid », n’avait pas refusé de lui obéir. Vaguement perdu, Wade posa son regard sur David, croyant lire une vague terreur sur son visage avant qu’un éclair roux ne vienne le chasser de son champ de vision, sans grand ménagement. Il cilla, plusieurs fois de suite, comme pour s’assurer de la réalité de la situation avant que la jeune fille ne l’aide, ou ne le pousse, à se redresser. Vacillant vaguement sur ses jambes, Wade ne fit pourtant guère de manières, ayant probablement assimilé que son actuel état de faiblesse en ferait une proie facile. Casey se remit à hurler et le jeune garçon repensa à un vieux reportage animalier, revoyant, aux creux de ses pensées embrumées, une frêle gazelle se faire ardemment courser par une lionne gigantesque.
Il songeait encore à la triste destinée du petit animal quand un vase, ayant, comme par miracle, survécu à la discussion animée qu’il avait entretenu avec David, vint s’écraser derrière lui, frôlant son épiderme d’un peu trop près à son goût. Il sursauta, peut être un peu apeuré, bien plus subjugué par la colère ,contre toute attente terriblement séduisante, de la jeune femme.
Au paroxysme de son énervement, Casey les somma de quitter les lieux, d’un ton ne suggérant aucune échappatoire. Dépassé, Wade ne su que garder le silence, hésitant quant à la conduite à suivre.
Peut être que … Bingo, l’autre empoté venait de mettre les pieds dans le plat, s’avançant vers la jeune fille, comme une vache allant à l’abattoir. Poussé par l’instinct grégaire, probablement, Wade lui emboîta le pas, s’apprêtant à annoncer sa sortie, interrompu par une nouvelle amabilité de son camarade.
Etait-il à ce point crétin?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Animal we've become {Private}   Lun 23 Juil - 19:48

David s’était rapproché d’elle. Un peu emporté ? Il se foutait d’elle ou quoi ? Casey mit ses mains sur ses hanches, pour éviter de lui lancer quelque chose d’autre visage, ou tout simplement de lui aligner une magistrale claque, tant ses doigts la démangeaient. Wade se rapprocha à son tour mais son mari trouva fort judicieux de rembarrer le jeune homme de la plus mal-aimable des manières. Le regard qu’elle lui lança lui fit très vite comprendre qu’il avait commis une nouvelle erreur. Elle connaissait suffisamment Wade pour savoir qu’il comptait probablement juste dire qu’il s’en allait. Elle n’allait pas le laisser partir dans cet état. Tout comme elle ne pouvait pas la laisser David tout aussi amoché. Casey leva les yeux au ciel, leur indiquant le canapé d’un air qui ne laissait de place à aucun refus de leur part. Elle s’apprêtait à sortir du salon pour aller chercher tout ce dont elle aurait besoin pour les ‘rafistoler’ lorsqu’elle s’arrêta et se tourna vers les deux gugus assis sur le sofa.

« Mais enfin, qu’est ce qui vous est passé par la tête ? » Elle leva la main alors qu’ils allaient répondre. « En fait, ne dites rien, je ne veux pas savoir. »

Elle revint quelques minutes après, les bras chargés de coton, compresses, désinfectants and co. Elle regarda les deux hommes, tout aussi amochés l’un que l’autre, et se demanda par lequel elle allait commencer. Elle ferma les yeux un bref instant, s’approchant de Wade sous le regard mauvais et ultra jaloux de son mari. Mais elle s’en fichait royalement à cet instant. Elle prit une compresse et la posa sur la lèvre fendue de Wade. Avant de s’approcher de David. Il avait simplement besoin de glaçons sur le nez. Ce qu’elle alla chercher. Elle laissa la poche de glace sur le nez du jeune homme avant de le laisser se la tenir tout seul. Elle sentit une vague de lassitude s’abattre sur ses épaules.

« J’ose espérer que ça vous servira de leçon. »
Elle s’était levée, les fixant avec froideur. « Si jamais il vous reprend l’envie de vous taper dessus, faites ça ailleurs. »

Elle jeta un regard à son salon. Il lui faudrait des jours pour ranger. Elle allait soupirer quand une idée lui traversa l’esprit. Elle regarda les deux hurluberlus qui n’en menaient pas large. Surtout quand ils croisèrent son regard carnassier.

« Puisque vous êtes assez en forme pour vous taper dessus, vous devez être bien assez en forme pour tout nettoyer et tout ranger. Ça tombe bien, je voulais repeindre le salon. David chéri, tu sais où je range ce dont vous aurez besoin. Il reste encore un peu de peinture. Je vous conseille d’avoir fini ça très vite et surtout, d’être toujours vivants. Sinon ça va très mal aller. Ai je été assez claire ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Animal we've become {Private}   Lun 23 Juil - 20:42

Il aurait peut être dû éviter d’envoyer péter l’autre gus, mais c’est sortit tout seul. Rien que sa tronche de cake, lui donnait encore envie de le frapper. Mais bon on va éviter de laisser encore une fois son gentil poing venir faire un petit coucou à ce minois charmant.. ça vaut mieux pour ses fesses je crois. Il n’était pas prêt de l’oublier c’tte foutue journée. La première o* il voit sa femme vraiment en colère. En colère, mais mon terriblement sexy.. bon les pensées obscènes et mal placées c’est plus tard, pour le moment on évite aussi de penser à ça. La jeune femme n’ajouta rien, leur désignant le canapé au bout d’un court instant. David ouvrit la bouche pour répliquer, mais il se ravisa bien vite. Ce crétin n’allait pas posé son cul sur SON sofa. Hors de question. Pourtant c’est bien ce qu’il venait de faire, il venait de poser son derrière sur le canapé, à côté de David. Le jeune homme regarda un moment devant lui, tournant la tête vers Casey quand elle reprit la parole. Une nouvelle fois il ouvrit la bouche pour répliquer, mais fut encore une fois couper dans son élan. Décidément il devait vraiment avoir l’air d’un gros con en faisant ça. Après tout c’est ce qu’il devait être en fait.. un gros crétin d’camé pas capable de contrôler ses nerfs. Que c’est gentil tout ça, n’et ce pas? Bref, David restait assis là, l’autre abruti à côté de lui, l’envie de lui envoyer une nouvelle son point dans la gueule, devenant de plus en plus forte. Envie qui ne s’arrangera pas quand Casey revint, et s’approcha un peu trop de gugus3000. Il aurait dû le zigouiller, il aurait dû… Il allait la descendre c’tte vieille bique pas capable de s’occuper de ses propres fesses. Comment ça se fait qu’il soit aussi mauvais en ce moment? Il avait une petite idée sur la question mais ça aussi faut pas y penser. Bref, Casey finit par enfin venir s’occuper de lui et de son petit nez, posant une poche de glace dessus. Aïeuh, ça fait mal purée. Mais quel bébé lui des fois je vous jures.

Servir de leçon? Pour l’autre cruche peut être, mais pas pour lui. Le regard froid qu’elle pouvait leur jeter, le mis plus que mal à l’aise. C’était bien la première fois qu’il voyait une telle froideur briller dans ces yeux émeraudes. Il baissa un moment la tête, regardant ailleurs, sans oser recroiser encore une fois ce fameux regard. Pourtant ce qu’elle venait de dire l’obligea à la regarder à nouveau. Levant légèrement un sourcil David, resta plus que.. con quand il entendit la fin de sa phrase. Elle plaisantait là pas vrai? Il n’allait pas ranger la maison avec le babouin.. Hors de question. Oui mais dire non, n’était pas non plus la meilleure solution. Coincée la petite marmotte. Qu’est ce qu’il avait horreur de ça, qu’elle l’appelle ‘chéri’ en utilisant ce ton à la noix. Le jeune home ferma un instant les yeux, fronçant les sourcils, avant de se lever, regardant Casey avoir un regard tout aussi froid et détaché que le sien. J’aurais jamais dû revenir l’envie de lui sortir ça, lui brûlait les lèvres, mais au fond il savait très bien que ce n’était pas complètement vrai. Le coup sur le pif, la colère et le petit manque qu’il pouvait ressentir, lui faisait penser à des choses complètement fausses, et pas très sympas. Il ne répondit pas, préférant garder le silence plutôt que de voir une méchanceté passe le seuil de ses lèvres. Jetant un regard mauvais l’autre qui était toujours tranquillement assis sur le sofa, David dû se retenir de na pas lui balançant la poche de glace à la tronche. Aussi la posa-t-il doucement sur la table qui elle était toujours debout. Il finit par enfin se décider à aller chercher ce qu’il fallait pour ranger leur bordel, les laissant seuls dans le salon. Revenant quelques instants après, il balança un des serpillières qu’il avait dans les mains sur Wade, qui la rattrapa de justesse.
«Au boulot l’asperge» Son ton était devenu un peu plus calme, mais il n’était pas vraiment calmé. Et puis ‘asperge’ c’est pas méchant.. ben oui, ils n’ont pas eu le temps de faire connaissance les deux zozos…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Animal we've become {Private}   Mer 25 Juil - 23:00

On aurait pu croire qu’elle en tuerait un dans le lot, comme pour ancrer, bien plus profondément au creux du crâne du survivant, la notion incomprise de l’ordre. Elle n’en fit pourtant rien, se contentant d’indiquer, aux deux catcheurs, le canapé du salon.
N’ayant guère besoin de se faire prier, Wade s’y rendit, vacillant imperceptiblement sur ses grandes guiboles, déposant, avec finesse tout de même, son doux séant sur la surface molletonnée. David, quant à lui, l’avait légèrement devancé, et s’avachissait déjà sur le sofa, souhaitant probablement manifester son instinct de possession envers le simple meuble. Rien n’avait pourtant arrêté le jeune homme, qui, sans vergogne, reposait auprès du mari, l’air vaguement hagard. Mari, qui, la bouche ouverte, plus que jamais semblable à Némo hors de son aquarium, semblait considérer l’outrage comme majeur…A tel point d’ailleurs que Wade en vint à se demander si une éventuelle prise en otage du meuble provoquerait une nouvelle baston. Qu’importe. Casey s’en fut, déposant une question des plus discrète au creux du silence de la pièce, renonçant finalement à en recueillir les fruits avant de revenir, les bras chargés de compresses.
Elle se rapprocha en premier lieu de Wade, sous le regard désapprobateur de son époux, appliquant l’un des minces pansements immaculés contre sa lèvre, en épongeant le sang, brièvement. Puis, se reconcentrant sur David, elle délaissa le jeune garçon, allant faire don d’une poche de glace au grizzly boudeur. Pour le nez probablement.
Il n’y a pas à dire, tous deux ressemblaient purement et simplement à des abrutis, assis là, sur ce sofa, plus que jamais semblables à deux mômes, plongés en plein mea culpa, sous le regard d’une mère exigeante.
Puis vint le temps de la punition, comme après chaque manquement aux règles …
Arborant un air affligé, Casey commença d’abord par les sommer d’effectuer leurs prochaines amabilités en plein air, avait de laisser se dessiner, sur ses traits ordinairement doux, un sourire prédateur. Une idée venait de mûrir sous ces cheveux d’un roux chatoyant, une idée qu’elle ne tarda pas à leur exprimer, en une mimique faussement enjouée.
Ranger et … Peindre. Damned. Mais ce ne fut pas tellement la perspective d’une journée bricolage qui désola Wade. Non, la jeune femme n’avait, en effet, guère hésité à laisser poindre dans ses propos un « chéri » bien loin de lui être destiné, et qui, dévastateur, opéra tranquillement la chasse aux dernières brides de moral, s’accrochant encore désespérément aux parois du crâne du jeune homme.
Résigné, David s‘était redressé, leur lançant un regard dénué de la moindre parcelle d’enthousiasme avant de quitter le salon, en quête probable de quelques pots de peinture. Wade put alors, à loisir, lever les yeux sur la jeune femme, n’osant guère s’exprimer quant à l’incident, probablement rendu muet par ce « chéri » aux accents punitifs. A quoi aurait il bien pu s’attendre bon sang ?
Avant même qu’un soupir n’ai eu le temps de franchir la barrière de ses lèvres, David était de retour, ramenant avec lui tout un lot de produits ménagers. Craindrait-il de laisser plus longtemps encore sa femme et son disciple dans la même pièce ? Wade n’eut guère le temps de se poser la question, assaillit par le vol d’une serpillière, qu’il ne parvint à saisir que par pur hasard.
« Au boulot l’asperge ». Pas vraiment amical, sans être bien méchant non plus. Haussant vaguement les épaules, se redressant rapidement, Wade fit passer d’une main à une autre le morceau de tissu, vaguement indécis quant à son utilité immédiate.


« - Wade Forester. Ca t’évitera de me prendre pour un légume, les quelques heures que nous aurons à passer ensemble … », souffla simplement le jeune homme, sans manifester plus d’aversion à l’égard de David.

Quitte à passer la journée à recoller les vases de la tante Olga avec du Patex, autant éviter de se trouver dans un contexte trop désagréable.
Prenant son courage à demain, et ignorant sa baisse soudaine de moral, ainsi que ses contusions, ô combien douloureuses, Wade s’avança tranquillement dans la pièce, entreprenant de ramasser à la main, les morceaux d’un miroir éclaté.
Sept ans de malheur, il ne manquait plus que ça ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Animal we've become {Private}   Dim 29 Juil - 18:13

Casey resta un moment dans la cuisine, faisant chez elle ce que les deux sauvages l’avaient empêchée de faire à son bureau, à savoir travailler. Mettre à jour les dizaines de dossiers qui s’empilaient sur son bureau. Elle referma la énième pochette cartonnée et jeta un coup d’œil à la pendule. Ça faisait près de trois heures qu’ils ‘rangeaient’ le salon. Elle se servit une tasse de café puis réalisa que tout était étrangement calme. Elle se dirigea discrètement vers le salon. Elle ne put retenir son sourire en constatant que les deux hommes avaient presque achevé la tâche qui leur avait été assignée.

Ils ne s’adressaient la parole que lorsque c’était strictement nécessaire, et s’appliquaient à mettre la plus grande distance possible entre eux. Elle se doutait bien qu’ils avaient une envie furieuse de se taper à nouveau dessus, mais la façon dont elle pouvait encore réagir semblait bien suffisante pour calmer leurs ardeurs bagarreuses. La jeune femme but une légère gorgée de son café, observant toujours les deux hommes. Qui eux, par contre, n’avaient absolument pas remarqué sa présence, trop occupés à faire ce qu’elle leur avait ordonné.

Elle se racla finalement la gorge, comme pour leur signifier sa présence. Ils sursautèrent légèrement et la regardèrent, un peu hébétés. Elle songea tout à coup si elle n’aurait pas dû les laisser se reposer un peu. Ils semblaient exténués. Mais elle se ravisa bien vite. Soit ils auraient continué à se battre, soit David aurait tué Wade. Ils avaient amplement mérité leur ‘punition’.

Elle jeta un regard circulaire à la pièce, sous le regard vaguement inquiet des deux hommes. Ils avaient l’air de se demander ce que l’air dubitatif de la jeune femme leur réservait. En fait, elle songeait avec joie que les horribles bibelots que la mère de David leur avait gentiment offerts avaient eu la bonne idée de disparaître dans la bagarre. Elle s’en était plainte plusieurs fois mais il l’avait presque supplié de les laisser, que sa mère lui aurait fait une crise. Elle avait cédé, mais quand Mme Reynolds viendrait, David devrait se débrouiller avec sa mère.


« C’est déjà mieux. »
lâcha t’elle en s’avançant dans la pièce. « Vous voyez, quand vous voulez, vous êtes capables de faire autre chose que tout détruire. »

Elle ne put s’empêcher d’éclater de rire devant la mine dépitée des deux zouaves. Ce qui semble les rassurer un peu. Après tout, si elle riait, c’est qu’elle s’était calmée…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Animal we've become {Private}   Dim 29 Juil - 22:29

Pourtant il a bien une tête de légume… Wade l’asperge. Ca fait bien ça aussi en fait. Mon Dieu mais qu’il peut être con lui des fois.. et pourtant ses blagues débiles à deux balles arrivent à le faire sourire. Franchement. David, resta un moment planté là comme un parfait crétin, regardant l’asperge en train de ramasser les bouts de miroir brisé. * Coupe toi.. Allez coupe toi..* et ben non.. dommage. Ca l’aurait amusé ça aussi. Il devient bizarre en ce moment le petit David.. Il commence à me faire peur en plus. Bon allez, il serait temps de se décider à ranger quand même, il ne va pas laisser l’asperge tout faire toute seule.. Quoi que il en aurait bien envie. Mais c’est pas très gentil ça quand même. Bref, notre gentil petit ours finit par mettre sa rancœur de côté, s’attaquant au rangement tout comme son gentil copain. Le deux zozos évitaient de se croiser, nettoyant chacun leur coin de la pièce, sans jamais venir empiéter sur le coin de l’autre. Si jamais ce genre de truc avait eu le malheur d’arrivait.. La baston serait sûrement repartit là où elle s’était arrêté, et cette fois c’est pas Casey lui l’empêcherait de finir son travail. Il n’aurait pas du taper aussi fort, ou alors éviter d’utiliser son don. Il se sentait vidé.. complètement crevé, et n’avait plus qu’une hâte… retrouver son petit lit. Et oui, les marmottes ça dort tout le temps, et dès qu’elles font un truc, boum.. dodo juste après. Pauvre Casey, comment elle arrivait à supporter un mari pareil? Bref, on s’en fiche un peu je crois, du comment du pourquoi qui sert à rien.

Le raclement de gorge qui vint briser ce silence de mort, le fit légèrement sursauter. Il releva le nez vers sa femme, qui se tenait dans l’encadrement. Elle devait les regarder depuis un bon moment, vu la tête qu’elle pouvait tirer. Elle regarda la pièce, et bizarrement il avait un peu peur de sa réaction. Une Casey en colère, suffit amplement une fois dans la journée.. La deuxième fois.. Les survivants de cette tempêtes seront rare, croyez moi. Les bibelots de sa mère purée! Il va se faire exploser la tête, la prochaine fois qu’elle viendrait ici. Bon, c’est vrai.. ils étaient plus que moches, mais quand même un cadeau ça se casse pas, surtout de cette façon. Il allait devoir trouver une excuse qui tient la route, pour ne pas s’attirer les foudres de sa gentille maman. Elle aussi elle lui faisait peur tient…Ouais ben.. il aurait bien voulu faire autre chose que tout ranger. Le rangement c’est pas son fort, surtout quand il est obligé de le faire avec une asperge pour… euh… pour rien du tout en fait. Il aurait bien voulu répliquer un truc pas très sympatoche, mais le rire de sa femme le retint. Tient.. ça, ça veut dire qu’elle est à peu près calmer. C’est une bonne chose ça.

Bon et maintenant? Maintenant que c’est rangé.. Monsieur Forester peut dégager non? Ou alors elle va l’inviter à dîner? Oulah si elle fait…ça.. il va manger dehors ça c’est clair. Quoi que.. si il va dehors.. non c’est une mauvaise idée aussi.. Il n’a pas vraiment confiance en ce type le petit David. Bon bref, rien n’est dit alors pas la peine de paniquer hein.. on reste calme et on évite de remettre son poing dans la tronche de l’asperge.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Animal we've become {Private}   Jeu 9 Aoû - 18:49

Casey était revenue, visiblement satisfaite de leur numéro de messieurs propres en moins chauves, et avait laissé poindre un rire amusé dans le silence pesant de la pièce. Finit. Tout simplement finit.
Affichant un léger sourire, bien loin d’exprimer une quelconque notion de bonheur, Wade s’était redressé, s’essuyant brièvement les mains au creux d’une chiffon au teint rougeâtre, lançant un bref regard à son camarade, comme pour s’assurer de la distance s’établissant entre eux.


« - Hum … Je crois que … », murmura t’il doucement, les yeux rivés sur ses mains tachées. « Je crois que je vais y aller. » acheva t’il, ayant vaguement haussé le ton.

Il ne pouvait pas décemment s’attarder plus longuement ici maintenant son ouvrage terminé, pensant, à juste titre, en avoir assez fait pour aujourd’hui sans devoir en plus imposer sa présence à ce couple qui ne demandait qu‘à le voir prendre le large.
Oui, il allait calmement rentrer chez lui et s’efforcer d’oublier cette journée, faire taire ses contusions, et étouffer son cœur endolori dans un oreiller…
Les plaies les plus apparentes ne sont pas forcement les plus compliquées à soigner, il en avait conscience, car doucement, son âme saignait, sans manifester plus de traumatismes que ce sourire à l’apparence nostalgique.
Il allait rentrer, et envelopper son cerveau dans des gazes.
Récupérant, sous l’œil attentif du mari, son manteau, négligemment pendu à la poignée d’une porte, Wade s’en couvrit, arrangeant son col d’un simple mouvement de poignet, souriant, un peu.


« - Et bien … », souffla t’il doucement, laissant son regard se perdre dans ce salon désormais impeccable. « Bonne soirée alors … »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Animal we've become {Private}   Dim 19 Aoû - 19:30

Casey regarda le jeune homme récupérer sa veste puis jeter un coup d’oeil au salon, évitant soigneusement David et elle même, tendrement enlacés. Wade ouvrit la porte et quitta la maison. La jeune femme se mordit la lèvre. S’il était venu la voir, c’était certainement pour une excellente raison. Elle déposa un léger baiser sur les lèvres de David, lui intimant l’ordre de ne pas bouger. Il voulut répliquer mais elle mit une main sur la bouche de son mari, lui assurant qu’elle n’en aurait pas pour longtemps, le suppliant du regard de lui faire confiance. Malgré son air peu inspiré, il finit par lentement hocher la tête en signe d’approbation. Elle l’embrassa à nouveau, sortant de la maison. Wade était déjà à quelques mètres de la villa. Elle l’appela et le rejoignit.

« Je suis vraiment désolée, je ne sais pas ce qui lui a pris… » En fait si, elle savait, mais elle ne pouvait pas le dire à Wade. Elle secoua légèrement la tête. « La prochaine fois, passe à mon bureau. David… A besoin de temps pour se réhabituer. »

Ils marchaient doucement, côte à côte, s’éloignant peu à peu de la villa. Elle se sentait sereine avec lui. Il était toujours si… Paisible. Ils continuèrent leur marche encore quelques minutes avant qu’elle ne lui attrape le bras, l’obligeant à s’arrêter pour lui faire face.

« Pourquoi es tu venu ? Si tu as débarqué chez moi à l’improviste, c’est qu’il y avait une bonne raison, je me trompe ? »


Casey lui fit un léger sourire. Il savait bien qu’il pouvait lui parler. Pourtant il gardait obstinément le silence. Elle lui avait déjà parlé de David mais visiblement, le rencontrer le rendait plus réel. Sans parler de ce qu’il lui avait fait. Elle posa les yeux sur la lèvre fendue du jeune homme, étouffant un soupir. Tout ça était de sa faute, et uniquement de sa faute…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Animal we've become {Private}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Animal we've become {Private}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S.trange L.inks || t.o.o. d.a.z.e. g.o.n.e  :: Dix Est Infini :: Old Subjects-
Sauter vers: